Solidarité: Lance Armstrong veut aider Jan Ullrich, en proie aux addictions (il lui doit bien ça)

CYCLISME Lance Armstrong n'oublie pas son vieux rival Jan Ullrich...

W.P.

— 

Come at me, bro
Come at me, bro — MICHEL SPINGLER/AP/SIPA

Tour de France 2001. Incapable de distancer Lance Armstrong dans la dernière étape pyrénéenne, Jan Ullrich s’avoue vaincu en tendant la main à l’Américain. Dix-sept ans plus tard, c’est au septuple vainqueur déchu de la Grande Boucle​ d’aller vers son éternel rival, en proie aux addictions, arrêté à deux reprises en une semaine et interné en hôpital psychiatrique.

« Un sacré athlète »

Pas insensible à la déchéance d’Ullrich (ou opportuniste, on ne sait jamais avec Lance), Armstrong dit vouloir « faire tout ce qui est en son pouvoir » afin d’aider le vainqueur du Tour 1997. « C’est une personne importante dans ma vie. C’était un sacré athlète et il m’a motivé comme aucun autre de mes rivaux. Sincèrement, c’est le seul qui m’ait jamais fait peur », a-t-il confié au site australien CyclingTips. La thérapie par la flatterie.