En déboulant chez Movistar, Mikel Landa aurait préféré «un autre accueil» de la part de Nairo Quintana

CYCLISME Ca sent clairement la guerre d'ego chez Movistar...

A.L.G. avec AFP

— 

Mikel Landa sous le maillot de la Sky
Mikel Landa sous le maillot de la Sky — Luk BENIES / AFP

Le grimpeur espagnol Mikel Landa, recrue phare de Movistar, a déclaré qu’il aurait préféré « un autre accueil » de la part de son nouveau partenaire Nairo Quintana, déplorant que le Colombien ait réaffirmé par voie de presse son statut de leader principal de l’équipe espagnole.

« Evidemment, je préférerais un autre accueil. J’arrive dans sa maison, comme on dit, et à ce que je vois, cela ne lui plaît pas », a asséné Landa dans une interview diffusée dimanche par le quotidien barcelonais Mundo Deportivo. « Je crois qu’Eusebio Unzué (manager de Movistar, NDLR) saura bien gérer nos egos et tirer le meilleur de chacun de nous », a-t-il toutefois ajouté.

Quatrième du dernier Tour de France, Landa (27 ans) a quitté l’équipe britannique Sky et rejoint pour deux saisons la formation Movistar, où il devra cohabiter avec les deux leaders historiques, Nairo Quintana (27 ans) et Alejandro Valverde (37 ans).

Qunitana marque son territoire

Quintana, vainqueur du Tour d’Italie 2014 et du Tour d’Espagne 2016, a réagi à ce recrutement en marquant son territoire : dans une interview au quotidien espagnol El Pais cette semaine, le Colombien a assuré qu’il serait leader unique pour la Grande Boucle 2018.

De mon point de vue de leader de l’équipe, Landa est le bienvenu. Je suis le leader de l’équipe et je suis le leader pour le Tour. Si Alejandro vient (au Tour) pour m’épauler, ce sera une bénédiction, et si Landa vient, pareil. »

Il n’est néanmoins pas certain que Landa voie les choses ainsi puisqu’il déclare à Mundo Deportivo avoir rejoint Movistar pour être enfin un coureur protégé sur les courses de trois semaines.

>> A lire aussi : Tour de France 2018: Les seize trucs cool dont on rêve déjà après la présentation du parcours

« Le parcours du Tour est très complet et il me plaît beaucoup. J’attends de voir celui du Giro. Je ne sais pas pour quelle course j’opterai, mais j’aimerais qu’indépendamment de la course choisie, je puisse la disputer et avoir toutes mes chances », a dit le Basque.