Vuelta: Chris Froome allume ses coéquipiers et estime qu'ils n'auraient pas dû être repêchés

CYCLISME La fin de la Vuelta se fera avec toute la Sky. Une décision qui ne plaît guère à son leader, Chris Froome…

W.P.
— 
Chris Froome
Chris Froome — JOSE JORDAN / AFP

Ils étaient 91 à terminer la 15e étape de la Vuelta hors délais et autant de repêchés sur décision du jury des commissaires, qui n’a pas pris le risque de s’engager dans une fin de Tour d’Espagne avec seulement une soixantaine de coureurs au sein du peloton.

Parmi les heureux sauvés se trouvait… Toute la Sky de Chris Froome, deuxième du général à plus de trois minutes de Nairo Quintana. Une décision qui ravit le leader britannique ? Pas vraiment. Celui-ci n’a au contraire pas hésité à affirmer dans les colonnes de l’Equipe que ses coéquipiers auraient dû être sortis de la Vuelta. Ambiance.

« Il existe un règlement et il faut l’appliquer dans n’importe quelles circonstances. Il ne fallait donc pas repêcher mes coéquipiers qui auraient aussi dû être exclus », a déclaré le triple vainqueur de la Grande boucle.

Froome ne croit plus trop à une victoire sur la Vuelta 2016

En colère contre son équipe, Chris Froome n’en a pas l’air pour autant revanchard. Pire, et c’est assez rare pour le souligner, il se veut fataliste face à une course qui ne lui sourit pour le moment pas. « Pourtant, c’est une course que j’adore », se défend celui qui s’était révélé sur les pentes de Peña Cabarga en 2011. « Il est clair que je ne suis actuellement pas très optimiste. Mais il faut juste penser au dernier Giro et se dire que les choses peuvent basculer très vite. »

Il reste au Britannique deux arrivées au sommet, et, surtout, un contre-la-montre bien plat pour renverser la vapeur. Mais il sera bien dur de faire tomber un Quintana solidement installé sur son fauteuil de leader avec 3’37 d’avance sur son rival de dauphin.