Coupe du monde 2022 : « La mort fait partie de la vie », réagit le patron du Mondial après le nouveau décès d’un ouvrier

FOOTBALL Nasser Al-Khater, directeur exécutif du Mondial, a été très critiqué par des ONG après ses propos minimisant la mort d’un travailleur étranger

N.S.
Nasser Al-Khater, le directeur exécutif de la Coupe du monde au Qatar, lors d'une conférence de presse le 17 octobre à Doha.
Nasser Al-Khater, le directeur exécutif de la Coupe du monde au Qatar, lors d'une conférence de presse le 17 octobre à Doha. — Karim Jaafar / AFP

« Un mépris insensé pour le travailleur migrant décédé »… Human Rights Watch a vivement réagi à la déclaration de Nasser Al-Khater, le directeur exécutif de la Coupe du monde au Qatar. Le sort des migrants sur les chantiers du Mondial fait polémique depuis des années. Mercredi, un Philippin s’est tué sur le site d’entraînement qui accueillait l’Arabie saoudite au premier tour, rapporte le quotidien britannique The Guardian. « La mort fait partie de la vie, a réagi le patron de l’événement devant la presse. Que ce soit au travail ou dans votre sommeil. »

Puis Nasser Al-Khater s’en est pris aux médias : « Nous sommes au milieu de la Coupe du monde, et nous avons un événement à succès. Et c’est de cela que vous voulez me parler tout de suite ? Un ouvrier est mort, nous adressons nos condoléances à sa famille mais c’est étrange que ce soit quelque chose que vous voulez mettre en évidence dès votre première question. »



Selon une enquête publiée en 2021 par le Guardian, 6.500 personnes sont mortes sur les chantiers de la Coupe du monde. Le 30 novembre, le comité d’organisation recensait 414 décès dans des « accidents liés au travail au Qatar » entre 2014 et 2020.

La veille, le secrétaire général Hassan Al-Thawadi avait évoqué une estimation allant de « 400 à 500 » personnes, ajoutant « qu’un décès est déjà trop », dans une émission de télévision britannique.