Coupe du Monde 2018: Privée d'écran géant (un moment), la mairie de Saint-Etienne s'énerve et tacle sèchement la Préfecture

POLEMIQUE Et le préfet a répondu qu'aucune demande n'avait été formulée en ce sens...

C.G.

— 

Ambiance de fan zone lors de la demie-finale entre la France et la Belgique.
Ambiance de fan zone lors de la demie-finale entre la France et la Belgique. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Pas d’écran géant à Saint-Etienne pour voir la finale des Bleus dimanche, place Jean Jaurès. Les Stéphanois en pestaient d’avance. La polémique a pris fin jeudi en fin d'après-midi lorsque la Préfecture de la Loire a donné son feu vert.

Le maire de la ville, Gaël Perdriau avait mis le feu aux poudres en début de journée en accusant l’Etat d’avoir refusé sa requête.

« A Lyon, l'écran géant a été autorisé place Bellecour, pourquoi pas ici à Saint-Étienne ? », s’est interrogé l’élu lors d’une conférence, réclamant « une égalité de traitement » et précisant que sa demande avait été formulée il y a « quelques semaines », avant d’être refusée.

« Le maire simule tel Neymar »

Le maire LR de Saint-Etienne a donc reformulé sa requête, renvoyant la balle dans le camp du Préfet de la Loire, qui n’a pas tardé à réagir. « Je suis très étonné de la polémique qui semble se développer sur les réseaux sociaux, dans la mesure où aucune demande de création de fan zone ou d’installation d’écran géant sur la place Jean-Jaurès n’a été adressée à la préfecture », a sèchement répondu Evence Richard.

De son côté, les élus de la République en Marche y sont allés de leurs commentaires, taclant à leur tour le maire de Saint-Etienne, et l’accusant de ne pas avoir su anticiper les choses. « A trois jours de la finale, le candidat-maire simule, tel Neymar, un nouveau complot pour masquer les nombreuses carences de son équipe municipale », lâche Guillaume Arcèse, référent du comité LREM dans la Loire.

​​​​