Coupe du monde 2018 : «Qui l’eût cru?... à part vous, bien sûr», Deschamps heureux (et taquin) après la qualification

FOOTBALL Le sélectionneur est très fier de ses joueurs, évidemment...

Nicolas Camus

— 

Didier Deschamps heureux après la qualification de l'équipe de France pour la finale de la Coupe du monde, le 10 juillet 2018.
Didier Deschamps heureux après la qualification de l'équipe de France pour la finale de la Coupe du monde, le 10 juillet 2018. — Paul ELLIS / AFP

De notre envoyé spécial à Saint-Pétersbourg,

Ce n’est pas encore l’heure des bilans, évidemment. Il reste encore une marche, la plus haute, la plus dure qui soit, après cette demi-finale victorieuse face à la Belgique mardi soir. Ça n’empêche pas non plus de savourer le moment, de se retourner quelques instants sur cette magnifique aventure qu’est en train de vivre l’équipe de France en Russie. Une aventure qui a commencé à Clairefontaine, le 23 mai. Didier Deschamps est fier de ses troupes, de ce qu’elles ont mis pour en arriver là. Et ce malgré les quelques critiques de la presse, il est toujours bon de le rappeler.

« Ce qui s’est passé aujourd’hui [mardi], et lors des matchs précédents, le mérite en revient aux joueurs, dit le sélectionneur. Ils font tout pour que ça arrive, et tous ensemble. Ça fait 49 jours qu’on est ensemble. Qui l’eut cru ? A part vous, bien sûr, qu’on allait être en finale de Coupe du monde. » C’est dit avec le sourire, comme ça en passant. Aucun souci, il aurait tort de se priver.

C’est vrai que les premiers matchs dans ce Mondial n’ont pas soulevé un enthousiasme délirant. Mais le mérite de la victoire a toujours été reconnu. Bref. DD est heureux pour ses joueurs, et nous avec. « Ça pouvait paraître présomptueux avant la compétition que certains joueurs annoncent "oui, on veut être champions du monde". Ils se sont offert cette possibilité. Oui, on peut l’être… mais on ne l’est toujours pas. »

DD peut entrer parmi les légendes

Lui pourrait l’être une seconde fois, et c’est d’ailleurs une statistique dont il va sûrement entendre beaucoup parler d’ici à dimanche. En cas de victoire en finale, Deschamps deviendrait le troisième homme dans l’histoire, seulement, à avoir remporté la Coupe du monde en tant que joueur et entraîneur. Il rejoindrait deux légendes du jeu, le Brésilien Mario Zagallo et l’Allemand Franz Beckenbauer. On fait pire comme voisins de chambrée.

Il n’aimera pas entendre ça, c’est certain. Il nous renverra à lundi prochain, attendant de voir comme ça se passe. C’est logique. En attendant, déjà qu’on parlait beaucoup de 1998 avant la compétition pour la symbolique des 20 ans, les références à son glorieux passé ne sont pas s’arrêter. Lui ne le fera pas avec ses joueurs, par contre.

« Il faut vivre avec son temps. Moi, je ne leur parle jamais, jamais, jamais de mon histoire, assure-t-il. Ils la savent, certains n’étaient pas nés, ont vu des images. Je suis avec eux pour écrire une nouvelle histoire​, la plus belle possible. Je suis fier de ce qui s’est passé il y a vingt ans, mais le plus important est aujourd’hui et demain. Regarder dans le rétro, ouais… je ne suis pas comme ça, ce n’est pas comme ça qu’on va de l’avant. Un jour je dirai stop et je profiterai peut-être un peu, mais le moment n’est pas encore arrivé. » Oh non Didier, pas encore.