Coupe du monde 2018: «Généreux, naturel et sans filtre»... Rudi Garcia aux commentaires, le vrai kiff de ce début de Mondial

FOOTBALL Et il est même sympa avec les arbitres...

Alexia Ighirri

— 

Rudi Garcia consultant, la belle promesse de ce début de Mondial. (Archives)
Rudi Garcia consultant, la belle promesse de ce début de Mondial. (Archives) — Neil Baynes/PIXATHLON/SIPA
  • Rudi Garcia commente certains matchs de la Coupe du monde avec Christian Jeanpierre sur TF1.
  • A l'aise aux commentaires, le coach de l'OM est l'une des belles promesses de ce Mondial russe.

Lors de cette régalade de rencontre entre l’Espagne et le Portugal vendredi, on a retenu le somptueux coup franc de Ronaldo, la boulette de De Gea ou la mine poteau-rentrant de Nacho. Mais celui que a vraiment brillé ce soir est français et s’appelle Rudi Garcia. Certains n’ont d'ailleurs pas tardé à le signaler en ce début de Coupe du monde.

Bon, en mettant l’exagération marseillaise un peu de côté, force est de constater que le coach de l’OM n’a pas raté son entrée dans le Mondial russe et plaît en tant que consultant aux côtés de Christian Jeanpierre sur TF1. D'après les premiers retours, la direction de la chaîne semble, elle aussi, conquise.

Il n’a pas l’accent et la folie d’un Omar da Fonseca ou la popularité d’un Bixente Lizarazu, mais « Roudi » apporte beaucoup à la lecture d'un match. Bon pédagogue pour expliquer le principe d’une défense en zone sur un corner, solide connaissance du milieu et capable de citer du Adil Rami en plein match (oui, oui). Il est une vraie révélation pour les uns, une confirmation pour les autres qui l’avaient déjà écouté pendant l’Euro 2016.

Rudi Garcia > Christian Jeanpierre

C’est que le coach de l’OM commencerait même à voler la vedette à «tonton Christian». Bavard, Rudi Garcia prend le leadership dans ce duo de commentateurs, alors que la dynamique habituelle laisse généralement le journaliste mener les débats. Pas de quoi tracasser CJP – ça doit quand même le changer des réponses laconiques d’Arsène Wenger. C’est lui qui l’a fait venir au poste de commentateur, et il le retrouve avec joie pour ce mondial : « On avait gardé un bon souvenir de l’Euro. On avait eu un très bon feeling ».

Au terme « bavard », Christian Jeanpierre préfère « généreux ». Il développe : « Sur le fond, Rudi est un coach donc il a le regard pour décrypter les systèmes de jeu et les joueurs. Il a une grosse connaissance tactique et technique. Sur la forme, et la forme est très importante, il est agréable : il ne se focalise pas, il est généreux, naturel et sans filtre. Il est à même de se juger et se déjuger. »

On a tenté de joindre ses fidèles adjoints à Marseille pour savoir si Rudi Garcia avait toujours été aussi à l’aise, bavard et pédagogue. Ils sont malheureusement restés injoignables lundi et il nous a été conseillé de respecter leur congés. De toute manière, pour savoir si le coach a toujours eu cette fibre, il suffit d’ouvrir son autobiographie Tous les chemins mènent à Rome (éditions Hugo Sport) : il y raconte notamment toutes ces fois où, enfant à Corbeil-Essonnes, il s’entraînait à commenter les matchs de son père :

« J’étais passé expert dans l’art du commentaire radio. (…) En fait, j’imitais la voix d’Eugène Saccomano en assurant le compte rendu d’un match virtuel qui pouvait opposer Corbeil au Bayern Munich. “José Garcia se présente face à Sepp Maier, pose son ballon sur le point de penalty. Il prend son élan et tire. Buuuut !…… Maier pris à contre-pied. Buuuut !…..” (…) Peu importait l’identité de l’adversaire. Il suffisait qu’il y en ait un pour que le petit radio-reporter que j’étais, un peu perdu dans son monde imaginaire, s’égosille devant un micro symbolisé par son poing fermé. »

« Je lui ai dit de faire attention à l’arbitre », rigole Christian Jeanpierre

Et puis, avouons-le, ça nous fait sourire d’entendre Rudi Garcia parler de l’arbitrage sans le critiquer, le défendre même parfois en mode « l’arbitre est le seul à bord ». Parce que depuis le banc de touche sa relation avec les arbitres est, comment dire,... tumultueuse. La remarque fait s’esclaffer CJP : « Je lui ai demandé de faire attention ! Mais il a compris que la vidéo est un vrai apport au corps arbitral. Je maintiens aussi qu’on est là pour montrer le bon exemple, on a un rôle pédagogique. Et il en a conscience ».

S’il s’est calmé avec les hommes au sifflet, c’est aussi peut-être parce que Rudi Garcia s’est trouvé une nouvelle cible : le réalisateur du match. Christian Jeanpierre se marre encore : « Je vais aussi lui demander de se calmer, je ne veux pas me fâcher avec tous les réalisateurs ! ».

« Ce serait bien de passer en plan large », « ça aurait été mieux de revoir le ralenti sur la faute », « l’action… qu’on ne reverra pas »… Le Marseillais tacle de tous les côtés. « Mais il le fait avec humour », assure CJP. En tout cas, il a déjà eu droit à sa petite compil' de coups de gueule dans l’émission Le Mag sur TF1. Alors, il y a deux écoles : soit on en fait un tube de l’été, soit on se roule par terre d'agacement.