Les 25 athlètes russes sanctionnés par le CIO pour dopage aux JO de Sotchi ont fait appel devant le TAS

SPORTS D'HIVER Il n'en manquait plus que trois sur vingt-cinq... Ils sont désormais au complet...

A.L.G. avec AFP
— 
Drapeaux du CIO (g) et de la Russie lors des JO de Sotchi, le 7 février 2014
Drapeaux du CIO (g) et de la Russie lors des JO de Sotchi, le 7 février 2014 — YURI KADOBNOV AFP

Les vingt-cinq sportifs russes sanctionnés à ce stade par le CIO pour dopage aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014 ont tous fait appel devant le tribunal arbitral du sport (TAS), qui siège à Lausanne. Il a annoncé ce lundi l’enregistrement de trois nouvelles procédures.

>> A lire aussi : JO 2014: Vingt-deux athlètes russes disqualifiés pour dopage font appel devant le tribunal arbitral du sport

Dans un communiqué, le TAS a annoncé avoir enregistré « trois appels additionnels », ceux des fondeuses Yulia Chekaleva et Anastasia Dotsenko, non médaillées à Sotchi, et celui de la biathlète Olga Zaytseva, médaillée d’argent au relais féminin mais déjà déchue de ce titre, en raison des disqualifications de deux coéquipières.

Des dossiers traités avant les JO d’hiver ?

Les vingt-deux autres sportifs russes, dont les résultats à Sotchi sont annulés et qui sont suspendus à vie des Jeux olympiques, ont tous déjà fait appel devant le TAS. Tous ont demandé que leur dossier soit traité et que le TAS se prononce avant les prochains Jeux olympiques de Pyeongchang (9-25 février 2018).

Ces sanctions, qui ont fait perdre à la Russie sa victoire au tableau des médailles, avec 11 médailles sur 33 retirées, découlent de la commission Oswald, mise en place par le CIO après les révélations sur un système institutionnel de dopage dans le pays entre 2011 et 2015.

En parallèle, le CIO a suspendu le 5 décembre la Russie des prochains jeux d’hiver, autorisant la participation de sportifs sélectionnés par un panel antidopage sous l’appellation « athlètes olympiques de Russie », sans drapeau ni hymne national.