L'année de la Squadra Azzurra ?

©2006 20 minutes

— 

« Avanti Totti ! » La une de la Gazzetta dello Sport ne laissait pas de place au doute, hier. Miraculeusement victorieuse de l'Australie (1-0), grâce à un penalty de sa star retrouvée, l'Italie paraît lancée vers les sommets, faisant fi des embûches qui jalonnent son parcours depuis le début de la compétition.

Réduite à dix face aux Socceroos en raison de l'expulsion de Marco Materrazzi, les Transalpins ont trouvé les ressources mentales – leur éternelle marque de fabrique – pour imposer leur loi. « Je n'ai jamais eu peur d'être éliminé. Nous avons décroché cette victoire grâce à notre coeur », avouait Marcello Lippi après coup. Le sélectionneur de la « Nazionale », qui avait pourtant tranché en faveur d'Alessandro Del Piero en début de match, pouvait également se féliciter du grand retour de Francesco Totti. Le cas du joueur de l'AS Roma, blessé pendant quatre mois avant le Mondial, divisait jusqu'ici la Péninsule. « Je l'avais senti très fatigué face aux Tchèques. Et je me disais que ce match face aux Australiens serait très intense physiquement », expliquait Lippi. « J'attends de voir ce que les critiques vont dire cette fois, j'imagine qu'ils sont furieux », paradait l'intéressé après son penalty victorieux.

Remplacé en première période face aux Etats-Unis après l'expulsion de Daniele De Rossi, comme Roberto Baggio avait été « sacrifié » par Arrigo Sacchi en 1994, Totti espère désormais emprunter la voie du « Divin Codino », qui avait emmené à lui seul son équipe en finale. Un exploit des Azzurri est à ce prix.

Sébastien Bordas