Coupe Davis: Jean Gachassin évoque «un système de primes au résultat»

TENNIS Le président de la Fédération française veut revoir le mode de fonctionnement de l'équipe de France de Coupe Davis...

A.P.

— 

Le président de la fédération française de tennis, Jean Gachassin, lors de Roland-Garros, le 29 mai 2011.
Le président de la fédération française de tennis, Jean Gachassin, lors de Roland-Garros, le 29 mai 2011. — T.Coex/AFP

Promis, «tout va changer». C’est en tout cas la promesse formulée par Jean Gachassin dans un entretien au journal L’Equipe. Trois jours après la défaite des hommes de Guy Forget contre les Etats-Unis, le président de la Fédération française de tennis donne quelques pistes pour gagner cette Coupe Davis qui se refuse au tennis tricolore depuis 2001.

Gachassin veut déjà revoir le mode de désignation du capitaine. A l’entendre, les joueurs ne seront pas les seuls à avoir leur mot à dire sur le successeur de Guy Forget. «Nous nous mettrons autour d’une table, les joueurs, le DTN, le responsable du haut niveau masculin, l’élu vice-président en charge de la DTN, à savoir Jean-Pierre Dartevelle et moi-même. En fonction de la discussion, nous désignerons le capitaine. Les joueurs ne décideront pas seuls.»

«Un joueur qui gagne Indian Wells…dans dix ans on l’aura oublié»

L’ancien rugbyman souhaite aussi  voir les Tsonga, Monfils, Gasquet et autres mieux réfléchir à leur calendrier en fonction de la Coupe Davis. «Gagner la Coupe nécessite une préparation avec le capitaine et de l’autodiscipline. On en a eu un tout petit exemple quand Jo-Wilfried Tsonga s’est mis en colère et a dit à Gaël Monfils» de ne pas aller jouer à Acapulco (en 2010, avant un premier tour contre l’Allemagne)…» Pour aller dans ce sens, il évoque «l’éventualité d’une bourse pour ceux qui ne joueront pas un tournoi avant une rencontre, afin de compenser leur manque à gagner car nous sommes dans un sport professionnel.»

Jean Gachassin va plus loin dans sa réflexion et avance même l’idée «d’instaurer un système de primes au résultat». «Demie, finale, etc. Je suis ouvert à tout», poursuit celui qui rappelle le poids de cette compétition par équipe dans un palmarès. «Un joueur qui gagne le tournoi d’Indian Wells, si important soit-il, dans dix ans on l’aura oublié. Tandis qu’après une victoire en Coupe Davis, à vie il sera reconnu et estimé. » Sauf  que pour l’instant les Français ne gagnent ni l’un ni l’autre.

>> A l’image des joueurs de l’équipe de France de foot ou rugby, les  tennismen  doivent-ils bénéficier de primes de résultat? Venez-nous le dire dans les commentaires ci-dessous.