Jimmy Vicaut: «Je vise toujours une finale aux Jeux»

INTERVIEW Le sprinter français, blessé à la cuisse, prend son mal en patience...

Propos recueillis par Romain Scotto

— 

Liévin, le 14 février 2012. Meeting international d'athlétisme Pas-de-Calais à l'Arena Stade Couvert. Ici le français Vicaut disqualifié après un faux départ sur 60m.
Liévin, le 14 février 2012. Meeting international d'athlétisme Pas-de-Calais à l'Arena Stade Couvert. Ici le français Vicaut disqualifié après un faux départ sur 60m. — M. LIBERT / 20 MINUTES

En quelques heures, Jimmy Vicaut est passé de la joie d’un record personnel sur 60m (6’53) à la détresse d’une blessure. Victime d’une déchirure de 12 centimètres à la cuisse, lors d’un entraînement, le vice champion du monde en relais a dû mettre un terme à sa saison en salle, à cinq mois des JO. Privé de championnat de France en salle, ce  week-end à Aubière, il ronge son frein chez lui à Paris. En attendant son retour à l’entraînement, a priori le 5 mars…

Comment se passe votre convalescence?

Ça va un peu mieux. On fait avec. Je reste chez moi toute la journée. Je mets de la glace sur la blessure et je joue à la console, à l’ordinateur. J’appelle ça une vie de beauf. Il n’y a rien à faire. Je boîte vraiment, donc ça ne sert à rien du tout d’essayer de sortir. Je reprendrai le 5 mars. Peut-être que d’ici là, je pourrai peut-être faire un peu de vélo doucement.

On vous sent frustré…

En fait, ça m’énerve parce que dans ces cas-là, tu ne fais rien de tes journées. Tu glandes, quoi. Je boîte, donc je ne marche pas. Même pour monter l’escalier, j’ai du mal.

Avant de vous blesser, vous étiez-vous déjà senti aussi bien à cette époque de l’année?      

Sérieusement non. Là, je bats mon record. Musculairement j’étais très fort. Je ne m’attendais pas à courir aussi vite. Je ne pensais pas du tout faire des temps aussi rapides. Et puis la blessure m’a stoppé.

C’est le quatrième hiver de suite où vous êtes blessé. N’y a-t-il pas un souci de préparation?

Je ne sais pas vraiment d’où vient le souci. Là je pense que j’aurais dû aller plus voir le kiné ou faire des séances de balnéothérapie, des bains froids. C’est ce que je n’ai pas fait et c’est peut-être là mon erreur. A la base, je devais faire l’impasse sur la saison hivernale et me concentrer sur l’été. Mais bon, je ne regrette pas quand je vois les temps que j’ai réalisés. Je me blesse, c’est la vie d’un athlète. Si je reprends le 5 mars, j’aurais eu deux semaines d’arrêt. Je pense que ça ira. Je ne m’inquiète pas.

Dans l’optique des minimas, quand reprendrez-vous la compétition?

Je vais partir en stage en avril à la Réunion. A la base, je devais faire un meeting, mais je vais l’annuler. Je ne sais pas du tout quand je vais recourir. On prendra le planning des compétitions plus tard avec mon coach et on verra. Ce sera un 100m ou un 200m, je verrai.

Où avez-vous le plus progressé depuis la finale des Mondiaux et votre 6e place?

Musculairement j’ai progressé, au niveau des charges de muscu. Sur mes départs aussi. Tous les mercredis à l’Insep je m’infligeais des séances en plus. D’habitude, on ne s’entraîne que le matin. Et là, avec un collègue d’entraînement on en faisait une en plus sur les départs, la poussée. J’en ai besoin parce que je suis vraiment mauvais là-dessus. J’ai travaillé ça. Ça a payé. Je ne pense pas que j’en ai trop fait. Si je me suis blessé, c’est parce que je n’ai pas fait assez de soins kiné.

Cette année, peut-on s’attendre à des chronos exceptionnels sur le sprint?

Oui, cette année, les chronos seront encore meilleurs. Pour entrer en finale des Jeux, il faudra aller chercher une course à moins de 9’95. Moi je me suis fixé des chronos, mais je les garde pour moi et mon coach. Souvent je me focalise sur mes temps et je fais n’importe quoi. Je n’y arrive plus.

Qui sera le plus proche d’Usain Bolt selon vous?

Tyson Gay, Yohann Blake. Moi j’espère juste arriver en finale. C’est mon objectif. Après, on verra. Je ne sais pas du tout. Je ne veux pas m’avancer trop. Déjà, il faut que je me qualifie pour les JO.  Je pense déjà aux minimas à 10’08.