William Accambray: «Je n'ai pas peur de tirer et de manquer»

Bertrand Volpilhac, en Serbie

— 

William Accambray face à la Slovénie, le 22 janvier 2012
William Accambray face à la Slovénie, le 22 janvier 2012 — Marko Drobnjakovic/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Novi Sad

Raymond Domenech aurait appelé ça un «coup de fusil». Après la défaite face à l’Espagne, en début d’Euro, William Accambray avait été rappelé à l’ordre par Claude Onesta, qui jugeait que l’arrière manquait d’implication. Une semaine après, l'arrière gauche natif de Nice s’est réveillé et pourrait être la clef du renouveau français.

Cette victoire face à la Slovénie relance-t-elle définitivement la France?
Relancer, peut-être pas. La victoire a été difficile et une fois de plus on a été pas mal en échec. Mais dans les têtes, la victoire est positive car il aurait été plus facile de lâcher que de gagner.

A titre personnel, ce bon match a dû vous faire du bien…
Enormément de bien. Ce qui me manque, c’est du temps de jeu, de retrouver le rythme des matchs. J’ai apporté quelques solutions. Tout n’a pas été parfait mais je pense quand même avoir apporté dans le jeu. J’ai vite été cramé parce que je n’ai plus l’habitude du rythme des matchs mais ça va revenir et face aux Croates je serai encore plus performant. En tout cas je suis confiant.

Pourquoi sembliez-vous être le seul arrière qui avait envie de shooter de loin?
J’ai peut-être beaucoup plus d’envie… enfin je ne dis pas que j’ai plus d’envie que les autres, mais j’ai l’envie de jouer, de bien faire, d’apporter au groupe alors que je vois que l’on est en difficulté. Le fait que Claude m’ait fait débuter le match c’est vraiment important, ça m’a mis en confiance. Je n’ai pas peur d’aller au tir et de manquer, ce n’est pas très grave. A un moment donné, il faut apporter des shoots de loin pour que les défenseurs montent et qu’on puisse jouer derrière eux.

Vous avez pris vos responsabilités…
Oui, et de toute façon je continuerai lors des prochains matchs. Les autres ont déjà trois quatre matchs dans les jambes. Je ne suis pas forcément plus frais car je manque de compétition, mais j’ai surtout la fraîcheur morale.

Quelle est la recette pour battre la Croatie?
Le courage ne suffira pas face aux Croates. Il va falloir retrouver de l’efficacité au tir et peut-être un peu alléger notre jeu. Parfois, on enclenche des systèmes pour enclencher des systèmes. Mais est-ce que ça sert vraiment? Peut-être qu’en faisant un peu moins de choses mais on y mettant plus d’engagement et en essayant vraiment de trouer le gardien et de mettre la balle au fond des filets, ce serait plus efficace.