Euro2012: Michael Guigou forfait, un sacré coup dur pour les Experts

HANDBALL Insuffisamment remis de sa pubalgie, l'ailier gauche des Bleus n'ira pas plus loin en Serbie...

Bertrand Volpilhac, en Serbie

— 

Michaël Guigou, le 17 janvier 2010 à Paris.
Michaël Guigou, le 17 janvier 2010 à Paris. — A.REAU / SIPA

De notre envoyé spécial à Novi Sad,

Cette fois-ci, il n’y pas eu de miracle. Depuis trois ans, Michaël Guigou avait l’étrange habitude de commencer les compétitions internationales de l’équipe de France sur une jambe. Toujours blessé quelque part, l’ailier de Montpellier profitait alors des premiers matchs pour se remettre dans le rythme avant de redevenir magistral en phase finale. Mais ce ne sera pas le cas cette année en Serbie. Insuffisamment remis d’une pubalgie, Guigou préfère «ne pas prendre de risque». «On était d’accord dès le début que dès qu’il y allait avoir un petit pépin, on arrêtait tout, avoue-t-il sans la moindre tristesse. Quelque part, je m’y attendais. L’opération a marché, tout est en ordre, mais j’ai juste besoin d’un peu de temps pour reprendre.»

Parce qu’il y a les Jeux Olympiques dans six mois, parce que Montpellier a aussi besoin d’un Guigou en pleine forme, Claude Onesta a donc fait le choix de la sagesse. «D’évidence, on aurait pu le laisser au repos et il aurait joué la deuxième phase, estime le sélectionneur des Bleus. Mais j’ai pris la décision de l’arrêter: le problème n’existe pas encore mais on va vers lui avec l’enchaînement des matchs».

«Le meilleur ailier français»

Forfait pour le reste de la compétition, Guigou laisse donc sa place de titulaire à Arnaud Bingo, solide face à la Russie mercredi, et permet à Samuel Honrubie, son coéquipier à Montpellier, de rejoindre l’équipe de France dès vendredi. «Il y a d’autres joueurs capables de jouer à ce poste, philosophe l’autre ailier Luc Abalo, en chambre avec Guigou. Ce genre de choses arrivent, on a l’habitude de combler le manque, on a déjà réussi à le faire dans le passé.» Même si… «C’est un coup dur, enchaîne le gaucher. Michael, c’est le meilleur ailier français et un des meilleurs au monde. On perd quand même un joueur très important dans notre système.» Mais  ce n’est pas la première fois, et ça ne les a jamais empêchés d’aller au bout.