Finale d'Indian Wells: Bartoli pas loin de Wozniacki

© 2011 AFP

— 

Marion Bartoli (N.15) a donné du fil à retordre à la N.1 mondiale Caroline Wozniacki, dimanche en finale du tournoi WTA Premier d'Indian Wells, et ne s'est inclinée en trois sets et deux heures qu'après avoir livré un grand combat.

La Française, qui a été battue 6-1, 2-6, 6-3 par la Danoise en finale du BNP Paribas Open, devait entrer lundi dans le Top 10 du classement WTA (10e), pour la première fois depuis juin 2008, et solidifier son statut de N.1 française.

Dans le désert californien, elle a certes frisé la correctionnelle au premier match (contre la Roumaine Niculescu) mais a battu consécutivement deux ex N.1 mondiales (Kim Clijsters, sur abandon, et Ana Ivanovic en deux sets).

Bartoli, finaliste de Wimbledon 2007, convoitait son sixième titre WTA, qui aurait été le premier depuis août 2009 (Stanford) et de loin le plus important.

Elle a reçu son trophée de perdante en versant des larmes. "De fatigue", a-t-elle précisé. Mais l'émotion était là aussi pendant son discours, quand elle a rendu hommage à la Danoise et remercié son père et entraîneur Walter.

"Si on fait exception du premier set, j'ai joué un des meilleurs matches de ma vie, a-t-elle assuré. Une baisse d'intensité en fin de dernière manche m'a malheureusement coûté la victoire. Je sors la tête haute de ce match."

"Je suis évidemment déçue mais il y a plein de choses positives à retenir de ce match alors je ne vais pas me taper la tête contre les murs."

Peut-être encore un peu fatiguée après ce virus qui l'avait diminuée aux deux tours précédents, elle a rendu les armes après 2 h 08 min d'effort pour permettre à Wozniacki de s'adjuger son 14e titre, son premier à Indian Wells, où elle avait perdu en finale contre Jelena Jankovic l'an passé.

"Je suis désolée Marion mais malheureusement il n'y a pas de match nul au tennis", a indiqué sur le court une Wozniacki pleine de respect.

Tout avait pourtant mal commencé pour la N.1 Française. Complètement dépassée par l'agressivité de Wozniacki dans la première manche (durée: 27 minutes), au point de ne gagner aucun de ses trois jeux de service, Bartoli s'est reprise dès la seconde avec un sursaut d'orgueil bien visible pour prendre le premier jeu de service de la Danoise.

Menée 3-0, Wozniacki consultait alors son entraîneur et père Piotr. Elle sauvait une balle de break dans le jeu suivant mais Bartoli ne lâchait pas son emprise et tenait ses mises en jeu en alignant les coups gagnants avec un esprit résolument offensif. La Française portait le score à 5-2 sur un ace et Wozniacki, prise par la pression constante de la Française, se mettait deux fois de suite à l'erreur pour perdre son service et donc le set.

En début de troisième manche, les deux jeunes femmes se rendaient coup pour coup dans des échanges intenses et équilibrés mais Wozniacki, inlassable défenseur, faisait le break après une série de coups gagnants rageurs.

Bartoli tenait le choc, physiquement et psychologiquement, et répondait à l'agressivité de la Danoise en sauvant trois balles de break sur sa mise en jeu suivante. Mais elle craquait toutefois dans le cinquième jeu, en commettant deux doubles fautes pour donner à Wozniacki un double break sur jeu blanc.

Cette avance allait s'avérer suffisante à la Danoise pour s'imposer, malgré la perte de son service au jeu suivant pour un baroud d'honneur de la pugnace Française, qui peut maintenant aborder le tournoi de Miami avec confiance.