Vincent Clerc ne veut pas «se satisfaire d'une courte défaite»

RUGBY L'ailier retrouve une place de titulaire avec le XV de France face à l'Angleterre, samedi...

© 2011 AFP

— 

Vincent Clerc à l'entraînement, à Marcoussis, le 3 février 2011
Vincent Clerc à l'entraînement, à Marcoussis, le 3 février 2011 — C.ENA/AP PHOTO

L'ailier du XV de France Vincent Clerc rappelle que les Bleus n'ont pas l'intention de «se satisfaire d'une courte défaite" et visent «l'exploit" en Angleterre, annoncée comme grande favorite samedi à Twickenham dans le Tournoi des six nations.

Etes-vous satisfait de retrouver, après deux matches débutés sur le banc, une place de titulaire pour ce match capital du Tournoi?
On est toujours heureux de pouvoir commencer un match, même si on ne sent pas moins impliqué en étant remplaçant. C'est un gros match, un gros tournant dans ce Tournoi. On monte doucement en puissance, on a presque un mois de travail derrière nous, on sent que ça progresse, qu'il y a de vrais repères. Les Anglais sont très en forme, c'est une équipe très rodée. Comme chaque année de Coupe du monde, les Anglais sont prêts (sourire). Mais on a des armes à faire valoir. Il faudra surtout être meilleur en défense, ce sera la clé d'une possible victoire.

>> Suivez le match en live comme-à-la-maison, samedi à 18 heures

Il faudra être meilleur dans tous les domaines du jeu...
C'est sûr. Ç'aurait été l'Italie ou le pays de Galles, ç'aurait été pareil. On a eu des victoires mais il y a des choses qui ne nous ont pas plu et qu'il faut travailler. On est dans une volonté de progression pour le gain du Tournoi et pour la Coupe du monde. On ne se satisfait pas de deux victoires, on veut des certitudes, des repères, de l'efficacité. On est dans un devoir de progresser pour pouvoir battre les Anglais.

Certains annoncent une raclée pour les Français...
On est outsiders, c'est sûr. On a beaucoup de choses à gagner. On ne veut pas se satisfaire d'une courte défaite. Le but est de gagner, de faire un exploit parce que je pense qu'à l'heure actuelle, c'est un exploit d'aller gagner en Angleterre. On se doit d'être ambitieux.

Le souvenir de la défaite lors du dernier voyage à Twickenham en 2009 (10-34) est-il toujours présent?
Oui évidemment. On a envie de bien faire. Ils sont invaincus, nous aussi. C'est un gros match, ça fait partie des gros tests avant la Coupe du Monde. En même temps, c'est loin, on est sur une autre dynamique, une équipe qui a un peu changé chez eux et chez nous, on est dans un autre contexte.

L'équipe d'Angleterre s'est notamment découvert de nouveaux talents derrière...
Depuis que je connais les Anglais, ils ont toujours eu du talent derrière. J'ai revu des matches dernièrement où il y avait des Underwood, Carling, Guscott... Ils ont toujours eu des joueurs à la fois physique, comme Tindall et Hape aujourd'hui, et très vifs sur les ailes, avec Cueto, Ashton et Foden. Ils ont toujours eu le talent, là, ils ont surtout trouvé leur rythme. Ils arrivent à bien alterner le jeu entre les avants et les trois-quarts, entre puissance et jeu au large, c'est pour ça qu'ils sont durs à contrer.

Vous allez vous retrouver face au nouveau phénomène Chris Ashton. Est-il le meilleur ailier anglais?
Statistiquement oui mais, moi, ma préférence irait à Cueto. Il a une très grosse activité, il fait briller les autres... Ashton est un très bon finisseur, en réussite. Mais il y a beaucoup de danger dans toute la ligne de trois-quarts.