Lille fait le spectacle devant Monaco et devient leader de la Ligue 1

© 2010 AFP

— 

Avec des buts de Frau et d'Obraniak, Lille qui a fait le spectacle sur sa pelouse, s'est imposé devant Monaco (2-1) et pris la tête de la L1 à la faveur de sa meilleure différence de buts face à Montpellier, dimanche lors de la 14e journée.
Avec des buts de Frau et d'Obraniak, Lille qui a fait le spectacle sur sa pelouse, s'est imposé devant Monaco (2-1) et pris la tête de la L1 à la faveur de sa meilleure différence de buts face à Montpellier, dimanche lors de la 14e journée. — Denis Charlet afp.com

Avec des buts de Frau et d'Obraniak, Lille qui a fait le spectacle sur sa pelouse, s'est imposé devant Monaco (2-1) et pris la tête de la L1 à la faveur de sa meilleure différence de buts face à Montpellier, dimanche lors de la 14e journée.

Cette première place est la récompense de la bonne série actuelle des Lillois qui ont signé leur troisième succès de rang après Brest (3-1) et Caen (2-5). Mais elle est apparaît aussi comme anecdotique, d'autant plus que Rennes et Marseille, à un et deux points derrière, doivent s'affronter en match en retard.

Cette position ne change pas les objectifs. Alors qu'il n'a que deux défaites au compteur à Lyon (3-1) et devant l'OM (1-3), les vrais prétendants dixit Rudi Garcia, Lille vise encore le top cinq. Même si, dit le technicien, "il n'est pas interdit de rêver" à une consécration après 1954 et 1946.

Plus que le classement, c'est le succès en tant que tel qui marque la nouvelle maturité des Lillois. Depuis son éphémère place de leader en août 2006, ils avaient eu des opportunités. Mais à chaque fois, ils avaient manqué la marche qu'ils ont grimpée et maintenant devront confirmer à Bordeaux.

Pour Monaco, après la légère éclaircie du succès à Nancy (0-4), le ciel s'assombrit davantage. Les nuls à domicile contre Bordeaux (2-2) et Arles-Avignon (0-0) étaient déjà insuffisants. Voilà, les Monégasques qui recevront Nice samedi pour un derby très chaud, à nouveau au bord du précipice.

Pour éviter leur quatrième défaite de la saison, Lacombe avait pourtant mis en place un système en 4-1-4-1 avec six joueurs à vocation défensive. Un système que Lacombe a fait évoluer après la pause avec les entrées de Gakpe et Haruna soit un attaquant supplémentaire puisqu'Aubameyang était sorti.

La force de Lille, c'est donc sa philosophie et son attaque, la meilleure du championnat. Ce constat valable depuis la saison dernière s'est une nouvelle fois vérifiée, même si parfois, à l'image de Gervinho (12, 49, 61, 62), les Dogues ont manqué de précision dans le dernier geste.

L'efficacité en revanche, c'est Frau qui l'a connue. Après une talonnade géniale de Hazard, il a controlé, dribblé et tiré du droit. Le ballon frappé entre la pointe et l'extérieur du pied a eu une curieuse trajectoire et pris Ruffier à contre-pied (1-0, 39).

Hazard a été encore exceptionnel. Le lutin belge, après un relais avec De Melo a adressé un centre en retrait à Obraniak. La reprise du gauche du remplaçant de Gervinho (72) a permis au LOSC d'asseoir une victoire (2-1, 78) qui, avec les échecs de Sow et Gervinho, se refusait à lui.

Car Lille avait pour la 8e fois de suite encaissé un but. Et l'ASM, plus en jambes en deuxième période alors qu'elle avait été longtemps inoffensive, était revenue. Sur un coup-franc de la droite de Mangani, Frau a détourné et Adriano au deuxième poteau a placé une magnifique bicyclette (57).