Laurent Fignon est mort

CYCLISME Il a longtemps lutté contre le cancer...

Maud Pierron

— 

Laurent Fignon lors de la 18e étape du Tour de France, le 17 juillet 1984.
Laurent Fignon lors de la 18e étape du Tour de France, le 17 juillet 1984. — REAU ALEXIS/SIPA

Laurent Fignon, double vainqueur du Tour de France, est mort des suites d'un cancer à l'âge de 50 ans, a annoncé mardi l'hôpital de la l’hôpital Pitié-Salpêtrière dans un communiqué: «Valérie Fignon son épouse a la douleur d’annoncer le décès de Laurent Fignon aujourd’hui, mardi 31 août 2010 à 12h30 à l’hôpital Pitié-Salpêtrière. Ses obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité». L'ancien champion avait révélé être atteint d'un cancer avancé des voies digestives en 2009. Malgré tout, il a continué ses engagements, notamment auprès de France Télévisions, où il commentait le Tour de France.

En 2010, les spectateurs de France Télévisions avaient pu remarquer que sa santé n'allait pas en s'améliorant: sa voix éraillée témoignait de la présence d'une tumeur sur un nerf . Pourtant, Laurent Fignon, devenu un symbole de la lutte contre le cancer, a tenu à rester à l'antenne tout le long de l'épreuve. En fait, sa maladie empirait. En janvier 2010, il avait expliqué ne pas être optimiste dans un entretien à Paris Match : «J’espère que ce prochain traitement marchera. Quelle que soit ma bonne volonté et la force de me battre, si l’on ne trouve pas le bon médicament, il y a un moment où ça va m’emmener et je vais y passer. Je n’ai pas envie de mourir à 50 ans, mais si c’est incurable, qu’est-ce que j’y peux? J’aime la vie, j’adore rigoler, voyager, lire, bien bouffer, comme un bon Français. Je n’ai pas peur de la mort, je n’en ai juste pas envie!»

Epreuve mythique et dopage

Surnommé «le prof» ou «l'intello», Laurent Fignon est surtout un immense coureur cycliste, vainqueur du Tour de France en 1983 et 1984, ainsi que du Giro en 1989, la fameuse année où il a perdu le Tour de France pour 8 petites secondes contre l'américain Greg Lemond. Un duel mythique entre les deux coureurs qui fait définitivement entrer Laurent Fignon dans le coeur des Français: il s'était battu dans les Alpes pour reprendre le maillot jaune à son adversaire, et l'a finalement perdu lors de la dernière étape, sur les Champs-Elysées, pour une poignée de secondes.

Dans son livre paru en 2009, Nous étions jeunes et insouciants, Laurent Fignon révèle son cancer mais aussi ses pratiques dopantes tout au long de sa carrière, notamment avec des amphétamines et de la cortisone, refusant toutefois de faire un lien avec son cancer. 

>> Vous voulez rendre hommage à Laurent Fignon, exprimez-le en commentaire ici