Thomaz Bellucci, le nouveau brésilien qui sort du bois

TENNIS Rafael Nadal se méfie du compatriote de Gustavo Kuerten...

A.P.

— 

Thomaz Bellucci, le 29 mai 2010 à Roland-Garros.
Thomaz Bellucci, le 29 mai 2010 à Roland-Garros. — B.Tessier / REUTERS
De notre envoyé spécial à Roland-Garros

Orlando et Maria Bellucci n'en reviennent toujours pas. Lundi, leur «petit garçon» défie l'extra-terrien Rafael Nadal dans son royaume, le Central de Roland-Garros pour un huitième de finale entre gauchers. «Je suis bien obligée d'y croire, je suis quand même sa mère», sourit Maria quand on lui demande si son rejeton peut avoir la peau du Majorquin.

A quelques mètres de là, le fiston enchaîne les séries de coups droits sous les yeux d'une poignée de journalistes brésiliens. Aussi brun et bien rasé que Gustavo Kuerten était blond et hirsute, Bellucci est né avec ce relâchement tout brésilien dans la frappe. La comparaison avec le triple vainqueur de Roland-Garros ne le gêne pas. «Elle est inévitable et je ne m'en offusque pas.  Je profite de son expérience lorsqu'on se croise», assure Bellucci. Les deux hommes risquent de se recroiser très vite puisque «Guga» arrive dimanche soir à Paris. «Il doit passer nous voir dans la soirée, on va un peu parler du match», assure le coach de la nouvelle terreur brésilienne, Joao Zwetsch.


Des retrouvailles avec Nadal

Dix ans après la dernière des trois victoires de Kuerten à Paris, le Brésil reprend goût au tennis avec Thomaz Bellucci. Après avoir longtemps écumé les tournois challengers, le gaucher de Sao Paulo explose cette saison à 22 ans. Le 29e joueur mondial attaque la montagne Nadal avec respect mais sans crainte à en croire son entraîneur. «Thomaz est capable de rivaliser avec tous les joueurs du circuit, pense Zwetsch. Le début de match va être primordial, il faut qu'il se conditionne émotionnellement pour réaliser l'exploit. Nadal joue tous ses matchs sur des grands courts, pour Thomaz ça ne sera que la deuxième fois.»

La première fois, c'était en 2008 et déjà sur le Central de Roland-Garros. Nadal avait expédié Bellucci en trois sets. Depuis, le Brésilien a bien grandi et commence à semer la terreur avec sa gifle de coup droit en particulier. Comme toujours, Rafael Nadal reste sur ses gardes: «C'est un spécialiste de terre battue. Il vient de battre Ljubicic, il sera en confiance. Ce sera un match difficile, qui me permettra de tester mon niveau de tennis.» L'Espagnol n'a oublié que sa chute en 2009 était survenue sans prévenir en... huitièmes de finale. Thomaz Bellucci aurait-il du Robin Söderling en lui? Réponse lundi sous les yeux de papa, maman et Guga.