PSG : Le footballeur Achraf Hakimi mis en examen pour viol

JUSTICE Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain Achraf Hakimi a été mis en examen jeudi pour viol, a indiqué ce vendredi matin le parquet de Nanterre

W.P. avec AFP
— 
Le défenseur marocain du PSG Achraf Hakimi, ici avant le 8e de finale aller de Ligue des champions contre le Bayern Munich.
Le défenseur marocain du PSG Achraf Hakimi, ici avant le 8e de finale aller de Ligue des champions contre le Bayern Munich. — Alfonso Jimenez/SIPA
  • Trois jours après l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Nanterre, Achraf Hakimi a été mis en examen jeudi pour viol.
  • Une jeune femme de 24 ans accuse le défenseur marocain du Paris Saint-Germain de l’avoir violée, samedi dernier au domicile du joueur à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
  • Le latéral du PSG est bien présent à l’entraînement ce vendredi, alors que le club parisien n’a pas encore réagi à sa mise en examen.

Le défenseur marocain du PSG Achraf Hakimi a été mis en examen jeudi pour viol, a déclaré ce vendredi le parquet de Nanterre, qui s’était autosaisi de l’affaire après qu’une jeune femme a déclaré avoir été violée par le joueur du Paris Saint-Germain. Elle n’avait pas souhaité porter plainte. Le joueur âgé de 24 ans a été entendu jeudi par les enquêteurs de la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine, puis mis en examen par un juge d’instruction.

L’international marocain a été placé sous contrôle judiciaire. Une femme, également âgée de 24 ans, l’accuse de l’avoir violée samedi dernier chez lui à Boulogne-Billancourt, dans la banlieue ouest de Paris. Ce vendredi, le joueur était présent à l’entraînement du PSG, alors que le club parisien refuse de commenter immédiatement cette mise en examen. Le contrôle judiciaire d’Achraf Hakimi lui interdit d’entrer en contact avec la jeune femme, a précisé le parquet. Il est toutefois autorisé à quitter le territoire français.

« Ma cliente ne souhaite pas médiatiser l’affaire »

L’enquête préliminaire, qui avait été ouverte lundi par le parquet de Nanterre, est donc désormais confiée à un juge d’instruction. Contactée, l’avocate du joueur, Me Fanny Colin, n’était pas joignable dans l’immédiat. Mardi, elle avait assuré au Parisien que les accusations étaient « fausses », qu’Achraf Hakimi était « serein » et qu’il se tenait « à la disposition de la justice ». De son côté, la jeune femme a été entendue mercredi par les enquêteurs, ont indiqué des sources proches du dossier.

« On prend acte de la mise en examen », a réagi l’avocate de cette dernière, Me Rachel Flore Pardo. « Ma cliente maintient toutes ses déclarations. Elle a fait le choix de s’exprimer exclusivement à la justice et ne souhaite pas médiatiser l’affaire, notamment pour préserver sa sécurité », a-t-elle poursuivi.


Ils auraient fait connaissance sur Instagram

La jeune femme s’était d’abord rendue dimanche dans un commissariat du Val-de-Marne, où elle avait déclaré avoir été violée, sans porter plainte. Selon une source policière, elle avait alors raconté avoir fait connaissance avec Achraf Hakimi en janvier sur Instagram, puis s’était rendue samedi chez lui dans un VTC commandé par le joueur.

Sur place, elle rapporte qu’Achraf Hakimi l’a embrassée et qu’il a commis des attouchements sans son consentement, avant de la violer, a ajouté la source policière. Parvenant à le repousser, elle a dit qu’une amie, contactée par SMS, était venue la récupérer.