Poitrenaud dénonce les cadences infernales

RUGBY L'arrière des Bleus fait son retour ce weekend contre le Racing Metro...

Nicolas Stival

— 

Clément Poitrenaud estime devoir «regagner la confiance» de ses entraîneurs.
Clément Poitrenaud estime devoir «regagner la confiance» de ses entraîneurs. — X. DE FENOYL / DDM

Lundi midi, dans les couloirs du stade Ernest-Wallon. Clément Poitrenaud quitte les lieux, après s'être contenté de quelques soins. Légèrement touché à un mollet – d'où son forfait à Biarritz –, l'arrière du Stade Toulousain et du XV de France vainqueur du Grand Chelem rassure ses interlocuteurs. «Ma participation au match contre le Racing-Métro n'est pas compromise», lâche-t-il d'une voix légèrement enrouée, qui trahit un état fébrile. Décimé par les blessures – surtout chez les trois-quarts –, le Stade aura bien besoin de Poitrenaud (27 ans, 39 sélections) vendredi, pour ce duel face au redoutable promu francilien, où évoluent Lionel Nallet et Sébastien Chabal, ses coéquipiers chez les Bleus. «On en est un peu à compter les valides», se désole ce pur produit Rouge et Noir, lié au club jusqu'en 2012, qui incrimine la lourdeur du calendrier.

Le barrage, « une énormité »

«Ce match de barrage est une énormité! Cela donne du piment, mais c'est une rencontre en plus. La santé des joueurs est mise à rude épreuve, ils tombent comme des mouches! (Ironique) On n'a qu'à revenir à l'époque des 16es de finale, tout le monde sera content.» Institués cette saison, les barrages opposeront le 3e du Top 14 au 6e et le 4e au 5e sur le terrain du mieux classé. Les deux vainqueurs rejoindront les deux premiers (aujourd'hui, Perpignan et Castres) en demi-finale. A trois journées de la fin, le Stade Toulousain occupe la 5e place, à deux points de Toulon (4e) et six du duo de tête. «Il n'y a plus de questions à se poser, estime Poitrenaud. Il faut élever notre niveau de jeu et gagner nos matchs en Top 14 et notre quart de finale européen [contre le Stade Français, le 11 avril]. On fera les comptes après.» Sur le plan personnel, l'arrière veut «regagner la confiance» de ses entraîneurs. «Je dois montrer à Guy [Novès] et Philippe [Rougé-Thomas] que je suis compétitif. Je ne leur ai pas encore donné de garanties depuis mon retour des Bleus.» On les imagine mal se passer du n° 15 titulaire en équipe de France.

Infirmerie

Blessé samedi à Biarritz (26-10), Yves Donguy sera opéré ce matin des ligaments croisés du genou droit. Il devrait être absent de sept à neuf mois. La saison de Frédéric Michalak (genou gauche) est également terminée, tout comme celle de Maleli Kunavore (cœur). Jean-Baptiste Elissalde (mollet gauche) devrait de nouveau déclarer forfait face au Racing-Métro. Yannick Nyanga (convalescent) sera également absent. Touché aux côtes à Biarritz, Maxime Médard est incertain.