Anelka, sur un Eire de triomphe

FOOTBALL Unique buteur face à l'Irlande, l'attaquant de Chelsea est le principal acteur de la victoire des Bleus...

R.S.

— 

L'attaquant français Nicolas Anelka, lors du match des Bleus à Croke Park, face à l'Irlande, le 14 novembre 2009.
L'attaquant français Nicolas Anelka, lors du match des Bleus à Croke Park, face à l'Irlande, le 14 novembre 2009. — C.Platiau/REUTERS

Pour les tabloïds britannique, il est désormais «Saint Nic‘». Canonisé d'office pour un but salvateur, samedi soir, sur la pelouse de Croke Park. Pour l'ancien joueur capricieux, désinvolte ou incompris – tout dépend de l’époque –, la promotion semble inespérée. Mais d’une frappe chanceuse, détournée par un tibia irlandais à l’entrée de la surface, l’attaquant de Chelsea a pleinement assumé son statut de joueur cadre, rapprochant les Bleus d’un voyage en Afrique du Sud l’été prochain.

«Ce n'est pas tellement pour moi que c'est important, mais c'est pour tout le monde», évacue l’intéressé, pas très loquace au terme d’une rencontre qu’il a aussi marqué de ses appels vers l’avant, son repli défensif et son engagement dans les duels. Un paquetage complet qu’il n’a pas toujours trimballé avec le maillot bleu. Mais sous les ordres de Raymond Domenech, Nico bombe à nouveau le torse. Privé de Coupe du monde depuis neuf ans, il sait que, pour une fois, il ne devrait pas rester en salle d’embarquement en cas de qualification.

Un joueur écouté


A 30 ans, le joueur individualiste qui traînait un temps une réputation de mercenaire, s’impose désormais comme l’un des pions essentiel de l’équipe de France. Sur l’aile droite quand Ribéry soigne sa tendinite, mais aussi en soutien de Gignac, comme ce fut le cas par intermittence en Irlande. Son profil polyvalent est un atout qui fait aussi les affaires de ses coéquipiers: «Il a un registre de jeu très étendu, glissait Yoann Gourcuff à Clairefontaine jeudi dernier. Il arrive à prendre la profondeur, à demander le ballon dans les pieds. Il est capable de varier ses courses, ses enchaînements. Il est très fort techniquement et j'arrive bien à le trouver.» Rien de surprenant si le Bordelais lui a délivré la passe décisive de son 14e but en 62 sélections.

Au sein du groupe, Anelka est aussi pris de l’étoffe. Père et mari depuis son retour en Angleterre, il se dit lui-même plus mature et demeure, avec Henry, le dernier rescapé de l’Euro2000. «Il a un rôle de grand frère, souligne Bacary Sagna. Il parle peu mais on l’écoute toujours.» Comme avant France-Roumanie au mois de septembre, quand Anelka avait pris position dans la fameuse «discussion», évoquée par captain’ Henry au 20 heures de TF1. En quelques années, les choses ont donc bien changé. Quand il hausse le ton, l’ancien banni est aujourd’hui pardonné d’avance. Pour un Saint, n’est ce pas une évidence?