Franck Vandenbroucke est bien mort d'une embolie pulmonaire

CYCLISME Mais son bras gauche présente bien des traces d’injections...

A.P. avec Agence

— 

Franck Vandenbroucke présentant son livre en avril 2009 «Ik Ben God Niet / Je ne suis pas Dieu».
Franck Vandenbroucke présentant son livre en avril 2009 «Ik Ben God Niet / Je ne suis pas Dieu». — EPA/LIEVEN VAN ASSCHE

Le cycliste belge retrouvé mort lundi dans une chambre d'hôtel au Sénégal a bien succombé à une double embolie pulmonaire, ajoutée à une malade cardiaque déjà existante. Telles sont les conclusions de l'autopsie menée par un médecin légiste sénégalais sur le corps de Franck Franck Vandenbroucke.

>> A lire: Vandenbroucke un parcours sous influence


Selon les quotidiens belges Het Laatste Nieuws et Het Nieuwsblad, les enquêteurs ont conclu à une mort naturelle et ne devraient pas inquiéter la femme sénégalaise qui accompagnait «VDB» lors de sa dernière nuit. Par ailleurs, «l'autopsie a montré que le défunt présentait plusieurs traces d'injections au niveau de son bras gauche», révèle le procureur en charge de l’enquête, confirmant qu'une seringue, de l'alcool et des médicaments ont été découverts dans la chambre d'hôtel de Vandenbroucke.