Raymond Domenech: «Dans un mois, un but à la 94e, on prend»

FOOTBALL Avant les barrages, le sélectionneur de l’équipe de France retient avant tout l'allant offensif de son équipe...

— 

Raymond Domenech lors d'une conférence de presse à Paris, le 1er octobre 2009.
Raymond Domenech lors d'une conférence de presse à Paris, le 1er octobre 2009. — AFP PHOTO / BORIS HORVAT

Après la revanche sur l'Autriche 3-1, dernier match avant les barrages, Raymond Domenech est venu s'exprimer devant la presse. L'occasion de faire le bilan et de se tourner vers les barrages du 14 et du 18 novembre. 

 

>> Pour revivre le match, cliquez ici


>> Pour connaître le nom des barragistes susceptibles d'affronter la France

 

Que retenez-vous de cette victoire dans un match dénué d’enjeu?

On a vu que ceux qui n’étaient pas là la dernière fois qui montrent leur envie, leur détermination, dans un registre que j’aime bien: avoir envie d’aller de l’avant, presser l’adversaire, comme on essaye de le faire depuis un moment. C’est cet ensemble. Quels que soient ceux qui rentrent sur le terrain, on est tous dans le même état d’esprit. On a envie d’aller en Afrique du sud et on sait ce qu’il faut faire.


Pas d’inquiétude après la réaction des Autrichiens en début de deuxième période?

Non, pas spécialement. Je crois que cela prouve bien que l’adversaire qui nous a posé quelques soucis. On a su bien réagir et reprendre le jeu à notre compte petit à petit. C’est mieux ça que l’inverse. Avant de marquer on a souffert. C’est au moment où on commence à presser qu’on arrive à marquer. Je n’ai pas de préférence sur le moment où on marque. Dans un mois, un but à la 94e, on prend, je vous assure.


L’équipe de France a terminé le match assez difficilement. Pourquoi?

Parce que ce match était difficile, que l’adversaire était solide. Physiquement, ils nous ont un peu épuisés. A 3-1, on a l’impression qu’on a plus besoin de bouger, qu’on on est un peu en dedans, mais c’est surtout l’adversaire qui nous a posé des problèmes.


Au final, votre intuition de faire tourner a été la bonne. Ou on verra le mois prochain?

La réponse est dans la question. Sur ce match là, le résultat est positif. On verra dans un moins si on garde la même dynamique. J’espère qu’on sera dans le même état d’esprit avec la coupe du monde au bout de ces deux matchs. La vérité pour nous, est dans un mois.


Quel sens donner aux titularisations de Henry et Govou? Les deux seuls rescapés du match des Féroé?

On a toujours besoin de cadres, malgré les modifications. Ils étaient les deux plus vieux et n’avaient pas de cartons. On a besoin de solidité. C’est eux qui l’amènent. Il fallait des joueurs qui tiennent l’équipe même si on a procédé à plusieurs changements.


Quel adversaire vous paraît le plus dangereux pour les barrages?

Je ne connais même pas les résultats des matchs… (on les lui donne). Bon, eh bien, c’était prévu. Je n’ai pas de préférence. Ma préférence, c’est la qualification pour la coupe du monde. On prendra celui qui arrivera en se disant que c’est un adversaire coriace. L’essentiel, c’est juste qu’on se qualifie.