Courbis se sent seul en prison

FOOT L'ancien entraîneur de l'OM s'est confié après onze jours de détention aux Baumettes...

R.S.

— 

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a revu à la baisse mercredi les condamnations dans l'affaire des transferts suspects de l'Olympique de Marseille entre 1997 et 1999, condamnant l'ancien entraîneur Rolland Courbis à deux ans de prison ferme et l'actionnaire principal Robert Louis-Dreyfus à dix mois de prison avec sursis.
La cour d'appel d'Aix-en-Provence a revu à la baisse mercredi les condamnations dans l'affaire des transferts suspects de l'Olympique de Marseille entre 1997 et 1999, condamnant l'ancien entraîneur Rolland Courbis à deux ans de prison ferme et l'actionnaire principal Robert Louis-Dreyfus à dix mois de prison avec sursis. — boris horvat AFP

Dans la prison des Baumettes, à Marseille, les détenus scandent son nom jour et nuit. Rolland Courbis y est incarcéré depuis moins de deux semaines. Pour la première fois, l’ancien entraîneur de l’Olympique de Marseille donne de ses nouvelles. Par l’intermédiaire de son avocat, il a répondu au journal Le Parisien, affirmant tout d’abord que «le moral et la santé vont bien.»



Alors qu’il commence à purger une peine de 21 mois, après ses condamnations dans l'affaire de la caisse noire de Toulon et des transferts de l'OM, le consultant de RMC confie que la solitude commence déjà à lui peser. «Ma famille et mon travail me manquent (...) Ma vie en prison? Je suis dans une cellule de trois mètres sur deux. La nourriture, c'est très moyen. Mes rapports avec les gardiens sont excellents», enchaîne celui qui devrait être transféré dans les prochains jour à la maison d’arrêt de Draguignan.



«Pas envie de signer des autographes»



A sa demande, Rolland Courbis a été placé à l'isolement. Cela signifie qu’il bénéficie d’une promenade privative, et ne voit pas d'autres détenus. «J'ai été opéré du ventre il y a peu et je ne souhaite pas être pris dans un mouvement de foule lors de la promenade. Je n'ai pas non plus envie de passer mon temps à signer des autographes ou répondre aux questions des uns et des autres. J'espère sortir le plus vite possible», insiste Courbis qui, dans le meilleur des cas, pourrait recouvrer la liberté à la mi-octobre.