Amara Sy met les choses au point

Stéphane Marteau

— 

Amara Sy ne se fait plus d'illusions quant à son avenir à l'Asvel. Moins d'un an après avoir effectué son retour au sein de son club formateur, l'ailier franco-malien s'apprête pour la troisième fois de sa carrière à quitter la « Green Team ». « A 90 %, je ne serai plus là la saison prochaine », nous a-t-il confirmé hier. Pourtant, le MVP de la dernière finale du Championnat de France, remportée par l'Asvel, souhaitait poursuivre l'aventure avec la formation dirigée par Vincent Collet. « Mais pas à n'importe quel prix, dans tous les sens du terme, nous a-t-il confié. J'ai lu dans la presse que les dirigeants de l'Asvel m'auraient proposé une augmentation de salaire de 50 %. C'est faux ! Ils m'ont proposé une petite augmentation que j'ai refusée. S'ils avaient vraiment voulu me garder, ils auraient fait les efforts. Je constate qu'ils ne l'ont pas fait. »

Dans les propos d'Amara Sy, il n'y a aucune agressivité, juste une pointe de déception. « Nous n'avons pas réussi à nous entendre. Ce n'est pas grave. C'est comme dans un couple, on ne peut pas toujours être d'accord. L'Asvel reste mon club de coeur et ça ne m'intéresse pas d'évoluer dans un autre club français. Il y en a quand même un qui m'a transmis une proposition similaire à celle de Villeurbanne. C'est bien la preuve qu'on n'est pas plus respecté dans sa propre maison que dans les autres clubs. »

Amara Sy attend désormais que d'autres formations se manifestent. « J'ai eu quelques touches à l'étranger, mais rien de concret. » Son souhait serait d'évoluer en Espagne. D'ici là, il profite de ses derniers jours de vacances avant de rejoindre demain la sélection nationale du Mali afin de préparer la Coupe d'Afrique des nations, qui se déroulera à Tripoli (Libye), du 5 au 15 août. Une compétition qu'il devrait aborder en pleine possession de ses moyens, puisque l'intervention chirurgicale qu'il devait subir à l'auriculaire gauche a été annulée. « Le tendon est bien consolidé », souligne-t-il. W