« On devrait réussir à remonter »

— 

Pourquoi avoir accepté le poste d'adjoint de Gilbert Gress ?

Parce que c'est Gilbert Gress, l'entraîneur, Léonard Specht, le président et que c'est le Racing. Ces trois éléments ont fait que je n'ai pas hésité à venir à Strasbourg.

Pourtant vous postuliez pour un poste d'entraîneur principal comme à Brest précédemment...

C'est vrai. Mais je n'ai pas eu de propositions concrètes pour être numéro un. J'avais déjà été l'adjoint de Gilbert à Metz lors de la saison 2001-2002 et je connaissais bien le Racing pour y avoir joué (1988-1989) et entraîné (la réserve de 1989 à 1995, puis les gardiens de 2002 à 2004). J'ai eu envie de répondre à ce projet.

Comment allez-vous travailler avec Gilbert Gress ?

Je suis là pour l'aider, pour mettre en place son système. A Metz, il m'a fait comprendre certaines choses dans le foot. Je les ai adoptées et ensuite appliquées. Je m'occuperai aussi de l'observation vidéo des adversaires pour préparer nos matchs.

Comment jugez-vous l'effectif du Racing ?

Après mon départ de Brest (octobre 2008), j'ai vu pas mal de matchs de Metz et de Strasbourg. Le Racing s'appuie sur une bonne base technique. Ça tombe bien car Gilbert a besoin de joueurs techniques. Avec sa rigueur, on devrait réussir à acquérir les points qui ont manqué, en fin d'année dernière, pour remonter.

Propos recueillis par F. H.