F1 : « Je n’avais encore jamais vu ça »… Le patron d’Alpine contre-attaque et dézingue Oscar Piastri

VENGEANCE Otmar Szafnauer est longuement revenu sur les derniers jours très agités du côté d’Alpine, après l’annonce du départ de Fernando Alonso la saison prochaine chez Aston Martin et le refus d’Oscar Piastri de le remplacer

Aymeric Le Gall
Otmar Szafnauer est le directeur d'équipe d'Alpine depuis février 2022.
Otmar Szafnauer est le directeur d'équipe d'Alpine depuis février 2022. — ANDREJ ISAKOVIC / AFP

Après les gifles en pagaille, place à la contre-attaque. Malmené et parfois moqué après l’annonce du départ surprise de Fernando Alonso et le refus d’Oscar Piastri de prendre la relève la saison prochaine, Otmar Szafnauer s’est longuement confié à  El Confidencial pour faire un point sur la situation chaotique au sein de l’écurie française. Concernant le pilote espagnol, qui s’est fait la malle chez Aston Martin alors que Szafnauer pensait pouvoir compter sur lui la saison prochaine, le nouveau directeur d’équipe d’Alpine n’est pas tendre.

« Je ne suis pas naïf, je connais les règles de la Formule 1. Mais personnellement, je crois que je suis un homme intègre et que si je m’engage dans quelque chose, je ferai de mon mieux pour que cela se produise. Je tiens parole, c’est la façon dont j’ai grandi, ce que mon père m’a transmis. Mais bon, j’ai compris que tout le monde ne faisait pas les choses de la même manière », a-t-il déclaré.

Mais ce n’est rien à côté de ce qu’il a réservé à Piastri qui, il faut le dire, a humilié l’écurie française aux yeux du monde après la publication de son tweet, Tweet repris et adapté depuis par un Alex Albon un brin taquin au moment d’annoncer sa prolongation chez Williams Racing.


« J’espérais plus de loyauté de la part de Piastri (…) Nous avons beaucoup investi en lui, littéralement. Des millions et des millions d’euros pour le préparer pour le futur. Donc oui, j’espérais plus de loyauté de sa part. J’ai commencé la Formule 1 en 1989 et je n’avais encore jamais vu ça. Et je ne parle même pas de F1, je parle d’intégrité en tant qu’être humain. »

Alpine pourrait réclamer des dédommagements

Sûrs de leur fait et confortés en ce sens par leurs avocats, les dirigeants de l’écurie tricolore pensaient que le pilote australien serait leur pilote en cas de départ de Fernando Alonso. « Nous avons parlé à nos avocats et ils nous ont dit que c’était un contrat contraignant, donc une partie de ce contrat nous permet de mettre Oscar dans une de nos voitures en 2023, c’est pourquoi nous avons publié ce communiqué », s’est-il justifié.

Désormais, s’il semble peu probable que Piastri soit le futur coéquipier d’Esteban Ocon la saison prochaine, Szafnauer n’en a pas fini pour autant avec lui. « Nous avions un contrat avec Piastri et nous devons voir où cette affaire va nous mener, a-t-il prévenu. Nous allons prendre un moment pour étudier cela. Si son futur se fait sans nous, alors c’est normal que nous demandions une compensation. » Interrogé sur l’identité du second pilote en 2023, le dirigeant roumain n’a pas donné de piste, expliquant simplement avoir « les numéros de quatorze pilotes qui seraient intéressés » par le projet d' Alpine.