Athlétisme : Agressé avant la course, Wilfried Happio devient champion de France du 400 m haies avec un œil bandé

ATHLETISME Le spécialiste du 400 m haies Wilfried Happio a été sacré champion de France samedi à Caen avec un bandeau sur l’œil gauche, vingt minutes après avoir été agressé

N.S. avec AFP
— 
Wilfried Happio, agressé avant d'être sacré champion de France du 400 m haies, samedi à Caen.
Wilfried Happio, agressé avant d'être sacré champion de France du 400 m haies, samedi à Caen. — Sameer Al-Doumy / AFP

Une course en 48 secondes 57, record personnel écrasé, un titre national sur 400 m haies et un billet pour les championnats du monde d’Eugene (Etats-Unis) du 15 au 24 juillet. Wilfried Happio est devenu samedi à Caen le cinquième meilleur performeur français de tous les temps. Et tout cela, avec un bandeau sur l’œil gauche, conséquence d’une agression subie vingt minutes avant la course par l’athlète de 23 ans sur la petite piste d’échauffement du lycée Malherbe, à 500 m du stade Hélitas qui héberge les championnats de France d’athlétisme.


« Il y a eu un gros incident à l’échauffement. Quelqu’un s’est jeté sur lui et l’a tapé », a expliqué Olivier Vallaeys, entraîneur d’Happio et responsable du 400 m, du 400 m haies et du relais 4x400 m pour la Fédération française d’athlétisme (FFA).

« Des méthodes de sauvage »

« Un mec qui venait de nulle part lui a demandé si c’était bien lui Wilfried Happio et s’est jeté sur lui. Moi je l’ai ceinturé. C’était vingt minutes avant la course, on était prêts à partir en chambre d’appel. On est sous le choc. Le mec a été interpellé. Wilfried va bien. Mais je suis sans voix, c’est de l’agression pure. C’est scandaleux. Ce sont des méthodes de sauvage. »

Happio s’est immédiatement présenté en zone mixte après sa victoire, la tête basse, en larmes, le nez en sang. « Je n’ai pas envie de m’étaler dessus, l’affaire est en cours. Pour parler de la course, avec un seul œil, c’est plus compliqué. Les sensations étaient bonnes », a rapidement commenté le demi-finaliste des derniers Jeux olympiques de Tokyo.

La FFA a confirmé « l’agression par un individu interpellé par la police municipale de Caen, venue très vite car le service de la ville était sur place. » « L’individu, qui avait un accès aux lieux, a été identifié. L’enquête de la police municipale est en cours. La FFA et la ville de Caen porteront plainte dès demain matin », a indiqué aux médias un porte-parole de l’organisation.