Côtes-d’Armor : Le préfet radie un club de foot après plusieurs faits de violence

CARTON ROUGE Le club de football de Tréméloir s’est vu retirer son agrément par le préfet des Côtes-d’Armor

Jérôme Gicquel
Illustration d'un match de foot.
Illustration d'un match de foot. — Pixabay
  • Le préfet des Côtes-d’Armor a retiré l’agrément du club de football de Tréméloir.
  • Cela fait suite à plusieurs faits de violence impliquant des joueurs du club.
  • En avril, l’un d’entre eux a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir violemment agressé un adversaire.

Carton rouge pour le FC Tréméloir. Suite à plusieurs faits de violence, le préfet des Côtes-d’Armor Stéphane Rouvé a pris la décision de retirer l’agrément du club de football  qui évoluait cette saison en District 3. « Les rencontres sportives auxquelles participe le FC Tréméloir ont été régulièrement entachées de violence, de menaces et d’intimidations depuis sa première année d’exercice en 2018 », justifie le préfet.

Lors de la saison 2019-2020, les joueurs du club s’étaient ainsi distingués « par des fautes grossières, des actes de brutalité, des propos ou des gestes blessants, des menaces envers les joueurs adverses et les arbitres ». Deux d’entre eux avaient d’ailleurs été lourdement sanctionnés par la commission de discipline du district des Côtes-d’Armor avec six mois de suspension pour l’un et dix matchs fermes pour l’autre.

Six mois de prison ferme

Mais la ligne rouge a été franchie le 3 avril à l’occasion d’une rencontre contre Ploumagoar. Après un duel aérien, un joueur de Tréméloir s’en était violemment pris à un adversaire, lui assénant des coups de poing, de pied et de crampons avant de s’acharner sur lui au sol. Souffrant d’un traumatisme crânien et de multiples contusions, la victime, âgée de 18 ans, avait été hospitalisée. Elle s’était vue prescrire 21 jours d’interruption totale de travail. Jugé dans le cadre d’une comparution de reconnaissance préalable de culpabilité, le joueur de Tréméloir a été condamné le 12 avril à six mois de prison ferme et à un an d’interdiction de stade.

Avant la décision du préfet des Côtes-d’Armor, le district des Côtes-d’Armor avait déjà sanctionné le club de foot en l’excluant de toute compétition pour l’année en cours et la saison 2022-2023. Le joueur à l’origine de l’agression a également été suspendu pour cinq ans ferme avec l’interdiction de délivrance de licence durant cinq ans.