Gaël Monfils: «Le genou j'en chie toujours»

TENNIS Vainqueur à la tombée de la nuit d'Andy Roddick (6-4, 6-2, 6-3), le Français ne veut pas tout de suite se projeter sur son prochain adversaire: Roger Federer...

— 

Le tennisman français Gaël Monfils, lors de son match contre Jürgen Melzer, le 30 mai 2009 à Roland-Garros.
Le tennisman français Gaël Monfils, lors de son match contre Jürgen Melzer, le 30 mai 2009 à Roland-Garros. — REUTERS
Vous avez réussi à être plus rapide que la nuit pour terminer votre match…

Je savais qu'on avait à peu près 1h30 ou 1h45 pour finir le match. C'était un peu stressant, mais je suis content de l'avoir fait.


C'était important de terminer ce lundi?


Mardi les conditions de jeu auraient pu être différentes. Lorsqu'un match s'arrête, vous pouvez aussi cogiter la nuit, vous sentir un peu moins bien le lendemain, alors que votre adversaire peut être mieux... Il fallait vraiment finir aujourd'hui.


Quelle était le problème avec vos chaussures au premier set?


Mes chaussures neuves étaient trop serrées. Du coup j'avais comme des fourmis dans le pied.
 

Vous pensez toujours à votre genou?

Le genou, j'en chie toujours. Quand je rentre sur le terrain je n'y pense plus. Après pour bien récupérer, c'est glace, glace, Zamar (la fameuse machine à envoyer du froid), Zamar, glace, Zamar et voilà.


On a l'impression que le fait d'être blessé vous permet d'être un peu dans votre bulle et de mieux vous concentrer?

Oui, ça m'aide un peu. Il faut vraiment que je fasse attention. Depuis le début, si je veux jouer à mon plus haut niveau, il faut que je fasse des soins tout le temps. Je reste plus dans ma bulle parce que je passe beaucoup de temps sur ce genou.


Federer au prochain, ça vous inspire quoi?


J'espère juste être prêt. J'ai une belle revanche à prendre sur l'année dernière (le Suisse l'avait sorti en demi-finale).


Comment pensez-vous le jouer?(question d'une journaliste suisse)


Jamais je ne parle de mes adversaires avant le début de la rencontre. Je reste toujours mystérieux, je ne parle jamais de la tactique. Vos collègues français le savent déjà (rires).


Avez-vous regardé la fin de son match contre Haas?

Quand j'ai allumé ma télé, il a sauvé une balle de 5-3 dans le troisième en faisant un coup droit monstrueux. Ensuite, de ce que j'ai pu regarder, il a défoncé l'autre.


L'élimination de Rafael Nadal vous ouvre-t-elle d'autres perspectives ?

Tout le monde me parle de ça. Moi je m'en fiche un peu. Nadal ça reste qu'un joueur. Il a perdu. Dommage pour lui. Moi, il me reste plein de matchs.