Le Stade Rochelais peut-il gagner la Champions Cup contre le Leinster sans grand buteur ?

RUGBY S’il veut remporter la Champions Cup face au Leinster ce samedi (17h45), le Stade Rochelais aura besoin (cette fois-ci) d’un grand buteur. Or le pied de Ihaia West a tremblé lors des deux dernières finales des Maritimes

Clément Carpentier
— 
Ihaia West, le buteur du Stade Rochelais.
Ihaia West, le buteur du Stade Rochelais. — Daniel Vaquero/SIPA
  • La Rochelle défie la province irlandaise du Leinster en finale de la Champions Cup ce samedi (17h45) à Marseille.
  • Pour remporter le titre, Ihaia West devra répondre présent face aux perches, ce qui n’avait pas été le cas la saison dernière lors des deux finales perdues par les Maritimes contre le Stade Toulousain en Coupe d'Europe et en Top 14.
  • Le buteur néo-zélandais, très bon animateur dans le jeu, va devoir gérer la pression sur ses épaules et son pied droit.

Comme un cauchemar qui se répète. Voilà ce qu’on dut se dire les milliers de supporteurs rochelais en voyant leur buteur Ihaia West enchaîner les échecs au pied il y a deux semaines en demi-finale de la Champions Cup face au Racing 92 (20-13). Beaucoup ont sûrement repensé aux deux finales perdues la saison dernière en raison notamment du manque d’efficacité de leur ouvreur néo-zélandais face aux perches. Heureusement à Lens, la (nouvelle) mauvaise performance de ce dernier (1 sur 4) n’a pas eu de conséquences directes sur le résultat final et la qualification des Maritimes pour leur deuxième finale d’affilée de Coupe d’Europe face au Leinster ce samedi (17h45) à Marseille.

Mais bien sûr, cette victoire n’a pas totalement fait oublier les échecs du buteur des Jaune et Noir. En plus, personne ne s’y attendait. Ihaia West est tout simplement le meilleur marqueur de la Champions Cup cette saison avec 67 points inscrits (deux essais, neuf transformations et treize pénalités) et son taux de réussite est remonté au fur et à mesure de la saison. Mais une nouvelle fois sous la pression, le Kiwi n’a pas assuré. Alors le Stade Rochelais peut-il gagner son premier grand titre sans un grand buteur à sa tête ?

Le même scénario se répète

À écouter, nos deux spécialistes Christophe Lamaison et Yann Delaigue, la réponse est clairement non ! « Si vous voulez prétendre à un titre, votre colonne vertébrale doit être très bonne [2-8-9-10-15]. Le buteur doit répondre présent sinon il peut vite mettre votre équipe en difficulté. Dans les grandes équipes, il est souvent à 90 % de réussite », rappelle le champion d'Europe 1997 avec Brive. Son compère Toulousain, sacré lui en 2003 avec le Stade insiste : « Le jour J, c’est hyper important que votre buteur soit bon et se rapproche du 100 %. Il faut avant tout être ultra-efficace sur ce genre de matchs. C’est la première vérité. » Et ce n’est évidemment pas les deux finales perdues par les Rochelais en 2021 qui diront le contraire.

Le premier épisode a lieu à Twickenham en Champions Cup. Réduits très vite à 14, les Maritimes réalisent un match héroïque face au Stade Toulousain mais leur buteur les lâche au pire des moments avec un 4/7 et huit points ratés au pied (une transformation et deux pénalités) pour une défaite, 22-17. Quelques semaines plus tard, tout ce beau monde se retrouve au Stade de France pour l’épilogue du Top 14… et patatras, le même scénario se répète. Dans une finale fermée, Ihaia West réalisent un petit 1/3 avec au bout du compte une nouvelle victoire des Rouge et Noir (18-8). Même s’il n’est bien sûr pas le seul responsable de ces défaites et « qu’aujourd’hui, on tombe très facilement sur un joueur car notre sport a été individualisé avec les statistiques et la médiatisation » souligne l’ancien Briviste, ces échecs interpellent.

Ihaia West, le demi d'ouverture du Stade Rochelais.
Ihaia West, le demi d'ouverture du Stade Rochelais. - David Gibson/Fotosport/Shutterst/SIPA

Quelles peuvent être les explications ? La pression mais pas que. « C’est vrai que c’est un peu compliqué pour lui, avoue Titou Lamaison. J’ai l’impression que son staff l’attend surtout dans l’animation, dans la conduite du jeu et c’est plutôt solide là-dessus. Mais après, ce n’est pas le meilleur buteur du monde. » Et malheureusement, dans cet exercice, le Néo-Zélandais manque de concurrence au Stade Rochelais et personne ne le pousse dans ses retranchements. Pour Yann Delaigue, cela dépend aussi « de la période dans laquelle vous êtes, de la confiance du moment. » L’ancien demi d’ouverture de Toulouse, Castres et Toulon se souvient par exemple de la finale de 2003 : « J’étais vraiment dans une bonne période et je mets des buts importants notamment un en fin de match. »

Le premier but, moment capital à venir ?

Mais attention, ce n’est pas pour autant que les dés sont déjà jetés pour cette finale. Il y a en effet selon Yann Delaigue, « la seconde vérité et c’est justement qu’il n’y a pas de vérité. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, ni vous ni moi ne pouvons dire si West sera bon ou non samedi. » « Il est capable de complètement déjouer les pronostics », abonde Lamaison. Les deux hommes soulignent tout de même un moment important à venir pour Ihaia West lors de cette finale face aux Irlandais : le premier but. « C’est vrai qu’il risque d’être important mais je dirais que c’est pour les buteurs et peu importe le contexte et puis, ça dépendra où il est sur le terrain », explique Yann Delaigue. Pour le réussir, « il doit rentrer sur le terrain avec un maximum de confiance », selon le champion d’Europe briviste.



Pas évident pour le Kiwi qui devra en plus faire face à un maître en la matière avec Jonathan Sexton. Un joueur « qui a la gagne dans le sang, beaucoup d’expérience et qui sera bien sûr au rendez-vous », rappelle l’ancien buteur toulousain. Mais Ihaia West l’a déjà fait. Malgré la défaite en finale de la Challenge Cup en 2019 face à Clermont, il avait réalisé un 100 %. Cette saison, il a aussi donné la victoire à son équipe sur le gong à Bordeaux grâce à une pénalité. Et puis, qu’il n’hésite pas non plus à se remémorer un autre grand moment de sa carrière, la demi-finale de Champions Cup de la saison dernière (22 points) face au… Leinster !