Equipe de France: William Saliba, futur ministre de la relance des Bleus ?

FOOTBALL Le défenseur marseillais William Saliba a été convoqué pour la première fois par Didier Deschamps en équipe de France, pour ses qualités physiques

Adrien Max
— 
William Saliba avec l'Equipe de France au stade Vélodrome, à Marseille.
William Saliba avec l'Equipe de France au stade Vélodrome, à Marseille. — Nicolas TUCAT / AFP
  • William Saliba a disputé ses premières minutes sous le maillot de l'équipe de France vendredi, lors de la victoire des Bleus contre la Côte d'Ivoire au stade Vélodrome (2-1).
  • Il incarne le futur au poste de défenseur central grâce à sa puissance physique et à sa capacité à relancer propremment.
  • Mais il doit encore progresser sur son jeu de tête et ses sauts de concentration, qui peuvent parfois couter cher.

Les premières minutes disputées avec l'équipe de France au lendemain de ses 21 ans, et des acclamations du stade Vélodrome à chaque ballon touché. Le jeune défenseur William Saliba a connu une première sélection heureuse vendredi soir avec les Bleus contre la Côte d'Ivoire (2-1), en match amical. Après avoir été appelé pour palier le forfait de Benjamin Pavard, le Marseillais a remplacé le capitaine, et patron de la défense, Raphaël Varane, victime d'un coup, à la 60e minute. Une petite passe plat du pied sécurité pour son gardien Hugo Lloris, histoire de se mettre en confiance, et la machine s'est lancée.

« Il connaît bien ce rôle, dans un système similaire avec Marseille. C'est un bon défenseur dans le duel, il est rapide, il a un bon jeu de tête, il dégage beaucoup de sérénité », expliquait Didier Deschamps au moment de justifier sa présence en équipe de France. Exactement ce qu'a montré le joueur de l'OM, prêté, sans option d'achat, par Arsenal, vendredi soir. Relance courte vers l'avant, des mètres gagnés balle au pied, de l'impact dans les duels et une assurance à toute épreuve, malgré la pression d'une première selection. 

City stade

Des qualités dont il avait déjà fait preuves du côté de Bondy, ville de région parisienne où Saliba à vu le jour, avant de les peaufiner à Montfermeil où il a suivi Fabio Frasconi, l'un de ses premiers entraineurs. « En U13, à Bondy, il jouait milieu de terrain. Il se retrouvait même parfois en attaque quand le match tournait mal, parce qu'il était imposant devant le but et il arrivait à faire la différence. Lorsqu'il est arrivé à Montfermeil, le directeur technique du club l'a fait reculer en défense centrale. Je savais aussi que c'était sa finalité, parce qu'il était tellement facile à ce poste. »

C'est de cette expérience au milieu de terrain, voire en attaque, que celui qu'on surnomme El Duro « parce que j'étais dur sur l'homme quand on était ado », confiait il à 20 Minutes, a pu tirer cette capacité à jouer sereinement de derrière. Il est d'ailleurs le défenseur de Ligue 1 avec le plus de passes tentées et réussies, et avec le plus de mètres gagnés ballon au pied. « Il jouait aussi beaucoup dehors avec ses copains, à faire des 5 contres 5 sur des citys. Ca l'a enormement fait progressé techniquement. Je me rappelle qu'on avait gagné tous nos tournois de foot salle l'année avec William. C'était quelque chose, il gagnait tous ses duels en 1 contre 1, quand il récupérait le ballon le jeu était devant lui, et il allait marquer. Il était vraiment au dessus du lot », relate Fabio Frasconi, maintenant entraineur des U17 nationaux à Montfermeil. 

« J’ai donné deux buts à la Lazio »

La suite de sa carrière, son passage chez les pros à Saint-Etienne et son transfert record à Arsenal quelques mois plus tard, n'ont fait que confirmer cette supériorité. Et malgré un passage à Arsenal compliqué, durant lequel il n'est pas parvenu à s'imposer, William Saliba a su, à chaque fois, rebondir. D'abord en prêt à Nice, la deuxième partie de la saison dernière, et cette saison avec l'Olympique de Marseille où il est le joueur le plus utilisé par Jorge Sampaoli. 

Avec parfois des sauts de concentration, comme avec l'OM contre la Lazio Rome en Ligue Europa à l'automne dernier. Il a, juste avant la mi-temps, détourné un ballon pour offir un premier but à Ciro Immobile, avant de complètement manquer un contrôle en début de deuxième. Et de se faire à nouveau punir par l'attaquant italien. « Lors de la liste avant la Lazio, tout le monde me disait que j’allais faire partie de la liste et ce jour-là, j’ai donné deux buts à la Lazio », confiait il peu de temps après. 

Mais cette lucidité quant à son niveau, et à certaines de ses erreurs, est l'une de ses autres grandes qualité pour continuer à progresser. « Il est très conscient de quand il est bon et quand il n'est pas bon. Il le sait lui, et moi, et on échange beaucoup à ce sujet. La lucidité dont il fait preuve à son âge permet de passer des cap », estime Fabio Frasconi. Qui liste d'ailleurs plusieurs aspects sur lesquels William Saliba peut encore progresser : « Le jeu de tête, et les petits sauts de concentration ». Pour un joueur d'1.93 m, son seul but inscrit en pro, avec Nice, de la tête, parait un peu famélique.