Nungesser II encore au stade des questions

Antoine Maes photos : éléonore Delpierre

— 

Le calendrier est bien fait : si tout se passe bien, le nouveau stade valenciennois sera livré dans pile un an. En clair, le VAFC quittera le vieux stade Nungesser pour sa toute nouvelle enceinte au coup d'envoi de la saison 2010-2011. Revue de détails d'un projet d'envergure.

G

Où en est le chantier ? « On en est déjà à cent mille heures de travail », explique Michel Fasquelle, chef de projet pour Sogea-Norpac. Les travaux ont commencé en août 2008 et aujourd'hui, le premier niveau de toutes les tribunes est terminé. Prochaine grosse étape, la pose de la charpente, fabriquée à Boulogne, qui débutera la semaine prochaine. La couverture, elle, commencera cet été. Des chiffres, pêle-mêle, pour mesurer l'énormité du chantier : tous les jours, une centaine de camions se relaient sur le site. 15 000 m3 de béton ont déjà été posés, 140 ouvriers travaillent en permanence.

G

Pour quel budget ? Francis Decourrière, le président du VAFC, évoque une enveloppe globale de « 60 à 70 millions d'euros » prise en charge par la communauté d'agglomération, « soit la moitié de son budget d'investissement », détaille celui qui est aussi en charge des transports à Valenciennes Métropole. La région participe à hauteur de 20 millions d'euros. Quand le stade sera terminé, il sera géré par une entreprise privée, en vertu d'une délégation de service public, qui pourrait avoir recours au « naming ». « Un cabinet d'avocats va nous aider pour trouver cette entreprise. Elle gérera le stade et sera désignée au début de l'année 2010 », explique-t-on à Valenciennes Métropole. Pas de partenariat public-privé (PPP), au contraire de ce qui se fait à Lille. « Un PPP, c'est un vrai pâté d'alouette. Avec la crise, les seuls projets qui avancent sont ceux portés par les collectivités », promet Francis Decourrière.

G

Où en sont les recours ? L'opposant, c'est l'association Citoyens à Nungesser, qui regroupe des riverains du stade. Leur recours devant le tribunal administratif de Lille sera examiné le 14 mai prochain. N'étant pas suspensif, il ne permet pas de stopper les travaux, qui occasionnent une gêne considérable, selon les habitants. Mais il constitue tout de même une vraie menace pour le projet, tant que les tribunaux n'ont pas statué. « Des référés, on en a déjà gagné trois. A Grenoble, il y en a eu vingt ! Mais on respecte la justice de notre pays », explique Francis Decourrière. En attendant, le stade se construit donc. Attention à l'exemple de Charleroi. Là-bas, le stade a dû être démoli, son caractère illégal ayant été avéré des années plus tard.

G

Que deviendra le vieux Nungesser ? L'équipe y jouera encore une saison pleine. Ensuite, il n'y a qu'une seule chose de certaine : il sera démoli. Mais à la place, les projets sont encore très vagues. Un projet d'espace vert a surgi pendant la dernière campagne municipale. Plus vraisemblablement, c'est vers une zone commerciale que pencherait Valenciennes Métropole, « ce qui amortirait un peu le prix du stade », indique-t-on du côté de la collectivité locale. Sauf que la crise est passée par là et que la vente des terrains pourrait rapporter beaucoup moins qu'espéré. Attention, tout de même : si le VAFC jouit pour le moment de l'un des stades les plus vétustes de la L2, il ne faudrait pas qu'il dispose du plus beau de L2. W