Mercato : La FIFA annonce de nouvelles règles pour éviter les prêts abusifs de joueurs

FOOTBALL L’objectif est de limiter ces transactions, surutilisées par certains clubs

N.S. avec AFP
— 
Manchester City fait partie des clubs ciblés par la réforme de la FIFA au niveau des prêts de joueurs.
Manchester City fait partie des clubs ciblés par la réforme de la FIFA au niveau des prêts de joueurs. — Peter Powell / AFP

Des clubs à l’effectif pléthorique comme Manchester City ou Chelsea vont-ils devoir revoir leur politique sportive ? Sans doute, si l’on en croit l’annonce de  la FIFA. L’instance a affirmé jeudi que  les prêts de joueurs allaient être soumis, à partir du 1er juillet, à un nouveau règlement.

Cette réforme vise à « renforcer le développement des jeunes joueurs, améliorer l’équilibre compétitif et empêcher l’accumulation excessive de joueurs sous contrat », a argumenté la FIFA. Celle-ci prévoit de limiter à trois le nombre de joueurs qu’un club peut prêter à une même équipe, une mesure qui va contre les clubs « satellites » que les grosses formations utilisent pour faire jouer ceux qui n’ont pas de place dans leur effectif.

Plusieurs clubs très friands de ces pratiques

C’est le cas de Monaco avec le Cercle Bruges, ou de Chelsea avec le Vitesse Arnhem, qui a accueilli sous forme de prêt une trentaine de joueurs des « Blues » ces dix dernières saisons. L’instance va limiter le nombre total de prêts que peut effectuer un club chaque saison. La limite sera fixée à 8 pour l’exercice 2022-23, et baissera graduellement jusqu’à atteindre 6 à partir de juillet 2024. Actuellement,  selon les données du site Transfermarkt, Manchester City, l’un des clubs les plus gourmands sur le sujet, compte 14 joueurs prêtés.

La réforme détermine aussi une durée maximale de prêt (un an) ainsi que l’interdiction de sous-prêter un joueur. Elle ne concerne pas les jeunes joueurs âgés de 21 ans ou moins, ainsi que ceux formés au club.

« Prévue au départ en juillet 2020, l’introduction du règlement a dû être retardée en raison de la pandémie de Covid-19 », explique la FIFA, qui rappelle qu’elle doit être soumise à « approbation par le Conseil de la FIFA lors de sa prochaine séance ». L’instance est engagée depuis 2017 dans un chantier plus large pour définir un nouveau cadre en matière de transferts, qui englobe notamment la question du rôle de l’agent et de ses commissions.