Le PSG carrément à l'Est

FOOT le club parisien quitte la coupe UEFA dès les quarts de finale après sa défaite à Kiev (3-0)...

R.S.

— 

Le Parisien Ceara (au centre), lors du match face au Dynamo Kiev, le 16 avril 2009.
Le Parisien Ceara (au centre), lors du match face au Dynamo Kiev, le 16 avril 2009. — SIPA

Sur son banc de touche, il assiste médusé au naufrage de son équipe. On joue depuis moins de vingt minutes à Kiev et Paul le Guen est déjà plié sur lui-même, comme si l’entame de match catastrophique de ses joueurs le prenait aux tripes. Le coach parisien avait pourtant tout prévu, martelant la veille en conférence de presse que tout se jouerait dans les premiers instants de ce quart de finale retour de coupe de l’UEFA, point d’arrêt des Parisiens dans la compétition (3-0). «Kiev va exercer une pression immédiatement, il faudra bien entrer dans le match, c'est parfois l'un de nos problèmes».

Pour revivre le match en live, cliquez ici...


Toujours pas résolu, donc. Dans un pays où il est rare de jouer par des températures acceptables, Paris a trouvé le moyen d’être cueilli à froid. Par une frappe soudaine d’Ismaël Bangoura dès la troisième minute, dont l’enchaînement contrôle-frappe laisse Sammy Traoré à plusieurs mètres de la balle. A sa décharge, le grand défenseur a ressenti une douleur aux adducteurs dès les premiers instants du match. Il sera remplacé après un quart d’heure de jeu par Bourillon.



En revanche, même en cherchant toutes les circonstances atténuantes à Mickaël Landreau, le gardien du PSG doit bien assumer seul la responsabilité du deuxième but. Un ballon boxé aux six mètres dans son propre but, synonyme de boulette de l’année. En deuxième mi-temps, une deuxième bévue du gardien enterre définitivement les espoirs du PSG, baladé par la vitesse et les renversements des attaquants ukrainiens. Les rares tentatives d’intimidation de Luyindula ou Sességnon ne changeront rien au sort de ces Parisiens braqués avant même la fin du match sur la réception du Havre, dimanche, avec la sortie de Hoarau. De toute façon, ils n’ont-ils plus vraiment le choix.