RC Strasbourg – Olympique de Marseille : « Un match très intelligent des joueurs »… Comment l’OM a calmé le Racing

LIGUE 1 Les Olympiens ont résisté à la meilleure attaque d’Europe à domicile et gagné 2-0 en Alsace

Thibaut Gagnepain
Ligue 1 : le débrief express de RC Strasbourg-OM (0-2) — 20 Minutes
  • L’Olympique de Marseille est allé l’emporter sur la pelouse du RC Strasbourg (2-0) pour le compte de la 18e journée de Ligue 1.
  • Les Marseillais ont donné une leçon de réalisme aux Alsaciens. Comment ? On vous explique.
  • Grâce à cette victoire, les Olympiens grimpent à la deuxième place de Ligue 1.

Au stade de la Meinau à Strasbourg,

Souviens-toi la saison dernière… et remets ça ! Comme l'an passé à peu près à la même époque (1-0),  l'Olympique de Marseille est venu gagner à  Strasbourg (2-0). Et comme en novembre 2020, l’OM y est parvenu sans briller ce 12 décembre 2021.

Que retenir de cette nouvelle leçon de réalisme ? Peut-être d’abord la solidité défensive des  Olympiens. Face à la meilleure attaque d’Europe à domicile cette saison (23 buts, comme le Bayern Munich avant ce week-end !), les partenaires de William Saliba ont rarement tremblé. Allez, deux, trois fois à tout casser. Mais Diallo était hors jeu quand il a cru marquer (13e) puis Ajorque a ensuite trouvé Lopez sur son chemin (50e, 77e). Bref, peu d’alertes à signaler face, pourtant, à des Alsaciens qui adorent emballer les parties.

Sauf que cette fois, ils n’ont pas pu. Jorge Sampaoli en avait décidé autrement. « L’idée était de fermer l’espace pour empêcher cette équipe de pouvoir jouer. Puis de récupérer le ballon pour se projeter. Ce qui a été difficile, ça a été de garder le ballon. On s’est adapté à l’adversaire », a confirmé le technicien argentin après la partie, sans cacher sa satisfaction. Il aime quand les plans se déroulent sans accroc… « Les joueurs ont fait un match très intelligent face à un adversaire pas évident à affronter. Il y avait beaucoup de fatigue après le match de jeudi [contre Moscou, 1-0] mais on a été solide. »

Tellement qu’en première période, le public de la Meinau a cru s’endormir devant le spectacle proposé par cet OM sans prise de risque. Dans ce jeu de passes latérales ou en arrière, Lopez était alors le joueur qui était le plus sollicité… et mettait longtemps à relancer, comme si son équipe était venue chercher le match nul. Le gardien espagnol a d’ailleurs fini la partie avec un nombre record de ballons touchés (93) !


Mais résumer la performance des Marseillais a cet attentisme serait réducteur. Car il y a aussi eu du brillant dans leur prestation. Même du talent à l’état pur quand Dieng a réussi un superbe ciseau acrobatique du droit (0-1, 66e) ! Lui qui avait tout raté jusque-là, dont un duel face à Sels (27e), venait de se racheter et de fêter sa prolongation de contrat officialisée cette semaine.

« Il a fait un très bon match. Il a eu d’autres occasions encore et il aurait pu mettre d’autres buts. On lui fait confiance. Il est rapide et se crée des occasions à lui tout seul », l’a félicité après la partie son coach, qui devait quand même s’impatienter. Le Sénégalais n’avait plus briller depuis mi-septembre et son doublé à Monaco. Là, son éclair de génie a soulagé des Marseillais alors poussifs sans être grandement mis en danger.

« Le réalisme marseillais l’a emporté »

Puis, pour parfaire leur leçon de la soirée, ils ont achevé les Strasbourgeois un quart d’heure plus tard. Caleta-Car a surgi au premier poteau sur un corner de Payet (0-2, 82). Troisième titre cadré de la soirée, deuxième but : merci et au revoir ! « Le réalisme marseillais l’a emporté », a résumé l’entraîneur alsacien Julien Stéphan, sans arrière-pensées. « Ils ont très bien défendu, en bloc, sans jamais laisser d’espace », a prolongé le défenseur du Racing Gerzino Nyamsi, sans non plus nier la supériorité olympienne de la soirée. Celle qui a éteint une attaque de feu avant de plomber sa défense. Pas si simple… et payant ! Avec ce succès, conjugué à la victoire de Nice à Rennes (2-1),  l'OM reprend la deuxième place de Ligue 1.

« Se retrouver deuxième du championnat alors qu’on a disputé deux compétitions (avec la Ligue Europa) avec un effectif très court, ça montre l’engagement des joueurs. J’en suis très fier », conclut Jorge Sampaoli.