Rugby féminin : Le XV de France torpille encore la Nouvelle-Zélande et finit l’automne en beauté

RUGBY Une semaine après leur succès à Pau, les Bleues ont récidivé samedi à Castres face aux Blacks Ferns, championnes du monde en titre (29-7)

N.S. avec AFP
— 
Safi N'Diaye et les Françaises ont de nouveau largement dominé les Néo-Zélandaises, samedi à Castres.
Safi N'Diaye et les Françaises ont de nouveau largement dominé les Néo-Zélandaises, samedi à Castres. — Valentine Chapuis / AFP

Le rugby féminin a définitivement perdu le Sud. Le XV de France a de nouveau largement dominé la Nouvelle-Zélande ce samedi à Castres (29-7), une semaine après un succès déjà aisé à Pau (38-13). Privées de matchs pendant deux ans en raison de la pandémie de Covid-19, les Black Ferns vont rentrer au pays avec un excédent de bagages, puisqu’elles avaient déjà coulé deux fois en Angleterre (43-12 et 56-15) avant de traverser la Manche. Les Bleues, quant à elles, ont réussi un sans-faute cet automne, après avoir commencé leur campagne par un premier carton contre les Sud-Africaines (46-3), à Vannes.

Ce samedi, dans un stade Pierre-Fabre à guichets fermés (11.300 spectateurs), elles ont montré la voie aux garçons, opposés eux aussi à la Nouvelle-Zélande en soirée, en inscrivant quatre essais (dont un doublé de l’ailière Marie-Aurélie Castel), pour un seul encaissé. Dominatrices dans quasiment tous les secteurs, notamment en touche, elles ont surtout pris un ascendant indéniable sur les Black Ferns, face auxquelles elles comptent désormais quatre succès de rang.

Objectif Coupe du monde

A moins d’un an de la prochaine Coupe du monde, qui aura justement lieu en Nouvelle-Zélande du 8 octobre au 12 novembre 2022, les joueuses d’Annick Hayraud se positionnent comme des candidates crédibles au titre suprême. « On est en capacité de doubler ou de tripler à tous les postes et la qualité du groupe s’en ressent, a lancé la manager générale tricolore. On a des prétentions et on veut se donner les moyens de les atteindre, d’aller chercher ce titre de championnes du monde. »

D’ici là, elles se mesureront lors du prochain Tournoi des VI Nations à leur bête noire anglaise, indiscutable numéro 1 mondiale du moment.