Losc-Séville ; Mais où est passé Burak Yilmaz?

FOOTBALL Peu en vue mercredi contre Séville en Ligue des champions, l'attaquant turc peine à retrouver son niveau de la saison dernière

Francois Launay
— 
Ligue des champions :Le débrief express de Lille-Séville — 20 Minutes
  • Burak Yilmaz n’a pas brillé mercredi face à Séville en Ligue des champions.
  • La star du Losc peine à trouver le chemin du but depuis plus d’un mois.

On n’ose pas le crier trop fort de peur de devoir s’expliquer en face de lui. Car Burak Yilmaz est un vrai caractériel. Et en ce moment, il ne doit vraiment pas apprécier ses performances sur les terrains. Star du Losc en fin de saison dernière où il a conduit son équipe vers un titre improbable grâce en empilant les buts décisifs et venus d’ailleurs, le « Kral » peine à retrouver son niveau cette saison.

Son match mercredi soir face à Séville (0-0) est un parfait résumé de son début de saison. Combatif mais peu en réussite, faisant beaucoup d’appels mais souvent hors-jeu, l’attaquant de 36 ans pèse moins dans le jeu lillois même si son entraîneur estime qu’il fait le job. « Il a beaucoup bougé. C’est un garçon qui fait beaucoup d’appels toujours à la limite du hors-jeu. Comme toute l’équipe, on a manqué un peu de tranchant dans les vingt derniers mètres », a justifié Jocelyn Gourvennec à l’issue du match.

Il n’a plus marqué depuis un mois

Reste que ce match n’est pas le premier où Burak est en galère. Seul buteur du Losc en Ligue des champions, le Turc a marqué trois fois en Ligue 1 depuis le début de saison mais son dernier but remonte déjà à plus d’un mois. Inhabituel pour un joueur obsédé par le but. De quoi l’énerver comme l’a montré son altercation à l’entraînement avec son coéquipier Amadou Onana à la mi-septembre.

Tendue, la star turque n’apprécie pas l’irrégularité actuelle de son équipe. Celui qui a débarqué il y a un an dans le Nord sait qu’il ne fera pas de vieux os au Losc où il est sous contrat jusqu’en juin prochain. Mais pas question pour lui de finir en pente douce. Cadre craint et respecté du vestiaire nordiste, Yilmaz espère vite retrouver sa splendeur pour remettre le Losc sur la voie du succès. Car quand Burak va, Lille va.