Losc-Reims : Lille est loin d’avoir réglé tous ses problèmes

FOOTBALL Vainqueur de Reims mercredi soir (2-1), Lille souffle un grand coup mais ne va pas forcément mieux

Francois Launay
— 
Burak Yilmaz et Lille respirent un peu mieux
Burak Yilmaz et Lille respirent un peu mieux — Michel Spingler/AP/SIPA
  • Le succès mercredi face à Reims n’efface pas le début de saison raté du Losc.
  • Avec deux mi-temps complètement différentes, les Nordistes ont encore réussi à se faire peur.
  • Le champion de France en titre est encore convalescent.

L’ovation du stade Pierre Mauroy en fin de match avait des airs de grand soulagement. Après deux défaites d’affilée en Ligue 1, le Losc a retrouvé le chemin de la victoire mercredi face à Reims (2-1). De quoi donner un peu de répit au champion de France en titre après un début de saison compliqué. « On a répondu présent à un moment où il fallait regagner. C’était important de redonner de l’allant à notre public », a reconnu Jocelyn Gourvennec, l’entraîneur lillois.

Il faut dire que le Losc était attendu au tournant par ses supporters. Sifflés à leur entrée sur la pelouse, les Lillois ont aussi vu fleurir des banderoles de mécontentement dans les tribunes. « Ça suffit », « Bougez-vous », « Méritez nos encouragements », « Réveil » « Dernière chance », cinq messages très clairs pour signifier qu’aucun droit à l’erreur n’était permis après la défaite de samedi dans le derby. « C’est un peu normal aussi. Il y avait le derby samedi, on l’a perdu et ce match était très important pour les supporters. On savait qu’il y allait avoir une réaction mais on est des pros et il faut l’accepter », a lâché Jonathan David l’attaquant lillois.

Un Losc aux deux visages

Heureusement, le Losc a rapidement pris le chemin de la rédemption grâce à une première période bien maîtrisée face à des Rémois apathiques. Les buts de David et André ont surtout permis à Jocelyn Gourvennec de souffler un grand coup et de gagner un peu de répit.

Problème, le Losc a quand même réussi à se faire peur malgré ses deux buts d’avance. Preuve que le club nordiste est loin d’avoir retrouvé la forme, la fébrilité affichée en deuxième période a bien failli faire replonger Lille dans la crise. « L’entrée de Kebbal nous a gênés », s’est justifié Gourvennec. Mais la bonne rentrée du jeune Rémois, aussi brillant soit-il, n’explique pas tout.

Lille est encore convalescent

Car le champion de France est retombé dans ses travers entrevus depuis le début de saison où le ballon brûle les pieds des défenseurs et n’arrive pas à arriver devant.  « Je n’ai pas pensé qu’on pouvait perdre ces trois points. J’étais quand même serein même s’ils poussaient », a assuré Jonathan David.

Reste que si ce Losc-là ne monte pas vite le curseur, une rechute semble très probable. « On ne peut pas se contenter d’une bonne victoire à domicile. Il faut qu’on enchaîne et qu’on récupère bien pour garder de la fraîcheur ». Avec Strasbourg, Salzbourg et l’OM au menu des dix prochains jours, Lille va vite être fixé sur son niveau réel. Vrai déclic ou simple sursis, on saura vite si ce succès face à Reims peut enfin lancer la saison d’un champion de France toujours convalescent.