Tour de France 2021 : Nils Politt s'impose en solitaire, le peloton en mode touriste. Revivez la 12e étape en live avec nous

CYCLISME La fameuse étape de transition qui peut faire mal si on est pris dans une bordure, de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Nîmes

X. R.
— 
Nils Politt vainqueur en solitaire à Nîmes, le 8 juillet 2021.
Nils Politt vainqueur en solitaire à Nîmes, le 8 juillet 2021. — Thomas SAMSON / AFP

 

17h56: Merci d'avoir suivi cette étape en live avec nous, on se retrouve dès demain pour une nouvelle étape de tourisme entre Nîmes et Carcassonne. Des arènes romaines aux Cathares, ce vendredi sera placé sous le signe du cours d'histoire. A demain !

17h53: Notre Juju national, Alaf, ou Loulou donc pour les intimes : « C'était pas prévu ce matin que j'aille à l'avant, je me suis retrouvé avec beaucoup d'hommes rapides et ça allait être tactique. Quand ils ont attaqué, c'est parti très vite et c'était fini. Il n'y a aucun regret, mais j'aurais mieux fait de rester au chaud aujourd'hui. »

17h47: Pogaçar, qui garde plus de 5 minutes en tête du classement général : « ça a été une étape détendue, il y a quand même des moments où on y a laissé de l'énergie, avec le vent. Mais c'était une journée tranquille. Les jambes vont bien, il a encore fait chaud mais j'étais plus à l'aise qu'hier. On ne s'est pas arraché mais on a quand même fait ce qu'il fallait pour être à l'aise. »

17h45: Quintana a lui 50 points au classement du meilleur grimpeur, il n’y avait pas grand-chose à jouer aujourd’hui. Mais tout devrait changer dans les Pyrénées, car van Aert est à 44 points, et quelques autres aussi sont à plus de 40 points.

17h43: Cavendish totalise 221 points au classement du maillot vert, contre 162 pour Michael Mattews.

17h39: Nils Politt, un brin timide : « C'est le plus beau moment de ma carrière. C'est un rêve, ma deuxième victoire en carrière mais ici c'est autre chose. Il a fallu modifier notre tactique avec l'abandon de Sagan, ça nous a donné une chance à saisir devant. Je voulais terminer en beauté, c'est ce que j'ai fait avec cette victoire. Je savais qu'il y avait des sprinteurs dans notre groupe, il fallait que j'essaie quelque chose de plus loin pour les fatiguer. Je connaissais bien l'arrivée, donc c'était le moment pour attaquer, dans la dernière bosse on était plus que quatre. Paris-Roubaix est une course que j'ai coché, cette victoire me donne de la confiance. »

17h32: Pour répondre à notre petit débat, Famo nous signale dans les commentaires :

Bonjour liveur.

Wikipedia notre bible à tous s'est déjà interrogé sur le surnom de Julian. Et c'est Alaf. Sinon, vous pouvez l'appeler "Loulou".

Alors, je suis team Alaf, mais Loulou on va éviter car pas sûr que tout le monde comprenne quand on vous envoie une notif'.

17h28: Mini-sprint d'arrivée pour le peloton, reglé par Cavendish avant même la ligne histoire d'empocher les 3 points encore en jeu sur cette étape.

17h19: Ah bah bravo Nils, super !

 

17h17: Arrivée de Bisseger, que l'échappée avait lourdé en cours de route.

17h14: Finalement Küng a tenu bon pour terminer seul 4e de l'étape, devant le groupe Alaf'.

17h12: NILS POLITT VAINQUEUR, lui l'équipier qui sans façon a donné (plus de) 4 bouts de relais à ses leaders dans ce Tour. C'est l'heure de gloire !

1800 m: Küng va se faire avaler par le groupe Alaphilippe, Politt commence déjà à savourer.

3 km: 25 secondes d'avance, ça suffira largement pour Politt.

5 km: L'Allemand est flashé à 75 km/h dans la descente vers le centre-ville de Nîmes, 2 points de moins sur son permis vélo.

8 km: Politt désigné combatif du jour, c'est vrai qu'il avait attaqué en premier. Mais faut dire un mot de l'étape de Sweeny, mettre un bazar comme ça en portant un nom de caramel mou, c'est pas donné à tout le monde.

10 km: Bien joué au gamin à casquette jaune, clairement le seul mec qui s'est mis à cet endroit, et il assiste à l'attaque du potentiel vainqueur du jour.

 

12 km: Politt allume une mèche et part tout seul !

13 km: Les autres échappés sont maintenant à plus d'une minute, et le peloton passe seulement au sprint intermédiaire. On les avait quasiment oublié...

14 km: Sweeny met un nouveau coup de pétard, Stefan Küng cale dans les payages rocheux du Gard.

15 km: Quand il y a tellement peu de choses à commenter après le bazar du Ventoux que tu regardes les numéros de dossards, le signe du zodiaque et la couleur des lacets des coureurs.

 

19km: Plus le droit au ravito, et les 4 devant ont pas pu avoir de bidon avant la banderole des 20 kilomètres. Va falloir aller au bout sans s'hydrater.

27 km: Nils Politt est le premier des quatre hommes de tête à passer au sprint intermédiaire (et prend un petit billet au passage). Le reste de l'échappée passe 29 secondes plus tard. 

31 km: Le peloton continue sa balade et passe sous une légère averse, à 14 minutes maintenant des hommes de tête. Vraiment pépère. Finir hors-délai sur le plat, ça serait dommage quand même.

37km: L'attaque de Sweeny a marché, il s'est détaché avec 3 autres hommes : Erviti, kung et Politt. Alaf' lance la chasse mais cette échapcetion compte déjà 25 secondes d'avance sur le reste de l'échappée.

40 km: Une madeleine dans la bouche, Sweeny tente une attaque. En plein ravito, les autres sont empêtrés dans leur musette et répondent un peu tard.

44 km: Regroupement de l'échappée après 4 km de panique, d'autres attaques vont venir.

48 km: Attaque de Nills Pollit dans l'échappée. Deux hommes le suivent.

50 km: Il se passe tellement rien que France TV a mis plus de pub que de vélo pour le moment.

 

54 km: Il fait beau sur la route du Tour.

61 km: On se moquait de France TV qui n'arrivait pas à se mettre d'accord sur la prononciation de Vingegaard, mais à la rédac' on est en train de pinailler sur Alaf' ou Alaph'. Vous savez tout, on vous laisse débattre dans les commentaires.

65 km: Au moment où le peloton passe au sommet de la côte sur un train de sénateur, avec les UAE en tête, l'échapée compte presque 12 minutes d'avance. La sieste nous tend les bras.

75 km: Pas de bataille dans l’échappée pour prendre les deux points au sommet de la côte du belvédère de Tharaux. Dans le peloton, on est tellement tranquille que certains ont sorti le jeu de cartes. Atout trèfle.

78 km: Après son étape vomitive d'hier, Gaudu est à hauteur de la voiture médicale pour prendre un petit cachet. 

79 km: Ah, petit point d'intérêt sur ce parcours, on est dans la côte de 3e catégorie du jour. 2 points à prendre, même si tout le monde est très loin de Quintana dans le classement du maillot à pois.

87 km: Toujours plus compliqué ce règlement

 

90 km: On passe le cap des 10 minutes d'avance pour l'échapée. Il reste encore des bornes, mais à 13 bonhommes, ça devrait aller au bout cette histoire.

97 km: L'info du jour c'est que Sagan n'a pas pris le départ de l'étape. Son premier abandon sur le Tour, victime de douleurs au genou depuis sa chute lors de la troisième étape avec Caleb Ewan.

100km: On va passer la barre de "il reste moins de 100 km à faire", en entrant dans la FAMEUSE ville de Vallon Pont-d'Arc, point cardinal du tourisme pour les fans de canöe et de grottes préhistoriques.

104 km: L'échapée a 9 minutes d'avance, écart stable maintenant. Mais 0 danger pour Pogacar : le mieux classé, Sergio Henao, est 22e du classement général avec... 51 minutes de retard sur le Slovène.

107 km: Les beaux éventails de début d'étape.

 

112 km: Les UAE roulent en tête, sans forcer. Pogacar est bien au chaud.

116km: Belle échapée partie très tôt, 13 coureurs dont Alaphilippe. Elle compte déjà 8 minutes d'avance sur le peloton, regroupé après un début très venteux qui avait créé plusieurs éventails.

14h45: Je suis un brin en retard, mais ça fait bien 25 minutes que les commentateurs de France 3 sont sur la prononciation de Vingegaard. Ici, on s'emmerde pas, on l'écrit.

14h: Avant toute chose, on sait que vous l'attendez avec impatience, le résumé anticipé de l'étape :

Rythme de folie en début d'étape avec ce vent dans le dos et des cassures dans tous les sens. Au moment où l'hélico nous fait profiter des gorges de Vallon Pont-d'Arc, le peloton enfin abrité se regroupe un peu vite : chute collective, et un groupe de malins s'échappe et prend 7 minutes d'avance. Dans ce Tour où pas un jour n'est calme, les bordures refont leur apparition en deuxième partie d'étape. La machine Ineos se met en route, l'élastique finit par péter pour Pogacar à 15 bornes de l'arrivée. Nuls en stratégie, les UAE se sont trop concentrés sur le fait d'arriver au bout pour attendre le Maillot Jaune victime d'une crevaison. Dans un autre éventail, c'est Cavendish qui se prend le vent dans les dents. Dans le final, Bouhanni est bien placé. Mais décidément touché par la poisse et cramé par ses efforts pour arriver dans les temps hier au Ventoux, il se fait sauter sur la ligne par Colbrelli, plus en jambes.

Bonjour à tous, installez-vous tranquille, et ne vous fiez pas au profil de l'étape : il faudra se réveiller de la sieste assez tôt pour guetter les bordures qui peuvent se créer avec le Mistral. Passage par l'Ardèche aujourd'hui, on va donc se régaler au niveau des mirettes, avant de foncer vers la Méditerranée et une arrivée taillée pour les sprinteurs. Est-ce que Cavendish continuera à tout rafler ? Il lèverait là les bras pour la 34e fois sur le Tour, record de Merckx égalé. On le soule de questions avec ça depuis un mois, ça lui permettrait de passer à autre chose au moins.

-> Prise d'antenne à 14h30 !