Tour de France 2021 : Van Aert s'impose en solo au pied du Ventoux, premier (mini) coup de mou pour Pogacar... Revivez la 11e étape en live

CYCLISME En pleurs en passant la ligne d'arrivée, Wout van Aert a réalisé une fin d'ascension de folie mercredi

J.L.
— 
Wout van Aert s'est imposé en solitaire lors de la terrible 11e étape du Tour, au pied du Ventoux.
Wout van Aert s'est imposé en solitaire lors de la terrible 11e étape du Tour, au pied du Ventoux. — Philippe LOPEZ / AFP

 

17h45 : Allez, on ferme la boutique, on a un podcast à enregistrer. Merci à toutes et à tous d'avoir vécu cette très belle étape du Ventoux. On se retrouve dès demain, même lieu, même heure. Passez une bonne fin de journée. Bécots ! 

17h42 : Quatrième place pour un jour sans, ça va, il s'en remettra le bichon. 

 

0 km : Victoire de Wout van Aert, qui aura réalisé une dernière ascension proprement phénoménale, déposant tour à tour Alaphilippe, Mollema et Elissonde dans les 8 derniers kilomètres du sommet. 

 

4 km : Ben voilà, Pogacar va même se permettre de revenir sur Vingegaard dans la descente. 8 secondes d’avance seulement pour le Danois de la Jumbo.

7 km : Le maillot jaune n’y échappera donc pas. Perso, ici on y croit moyen à la théorie de la fausse défaillance pour calmer les rumeurs et les soupçons. Non, je pense qu’il a juste eu un (mini riquiqui) coup de moins bien aujourd’hui. Et au final, il va arriver 20 secondes après Vingegaard, ça vaaaaaaa.

 

12 km : Bon ben on a vécu le plus palpitant de cette 11e étape. Il n’y aura plus de changements dans les écarts (à part Pierre Rolland qui va encore perdre 17 minutes sur tout le monde dans la descente). 

16 km : Avec son attaque éclaire, Vingegaard pourrait reprendre 30 secondes à Pogacar au général. Vraiment pas de quoi inquiéter le maillot jaune, qui gardera 5 minutes d’avance grosso modo ce soir à Malaucène.

19 km : Allez, c'est parti pour 20 bornes de descente pour le champion de Belgique, la victoire ne peut pas lui échapper. 

20 km : Popopopo Uran (3e au géné) et Carapaz (5e) reviennent sur le maillot jaune ! 

22 km : AH SI, ATTENTION POGACAR LACHE !!! Vingegaard vient de mettre pour la toute première fois la tête sous l’eau au maillot jaune. Bon, le coureur danois de la Jumbo avait 5'32'' de retard sur Pogacar au général, mais il n’empêche, ce n’est pas rien de voir le Slovène tirer la langue.

22 km : Ah ben si on a Vingegaard qui a bien essayé de placer une petite accélération mais Pogacar l'a repris tout de suite. 

23 km : Enric Mas, 6e au général, est en train de craquer, Kwiatowski aussi a mis le cligno, il ne reste plus grand monde à tenir autour de Tadej Pogacar. 

24 km : O'Connor vient de croquer Alaph, c'est vous dire l'état physique du Français en cette fin d'ascension. 

25 km : Allez, elle est pour toi Wout. Le Belge maintient son avance au-delà de la minute sur Elissonde et Mollema. A moins que Tadej décide d'y aller, quoi (smiley clin d'oeil). 

26 km : C'est assez drôle de voir Pogacar se refuser de placer la moindre attaque pour ne pas alimenter la machine à soupçons. Pourtant on le voit bien qu'il pourrait tous les dégommer, là il roule comme s'il faisait le tour du marché le dimanche matin avec la petite dernière dans le porte-bagage. 

27 km : O’Connor tire la même tête que mois après quatre jours de beuverie folklorique aux Vieilles Charrues (enfin, quand j’avais l’âge de tenir quatre jours), courage gros.

27 km : On y est, Alaphilippe sera repris par le peloton le temps que je finisse d'écrire ces lignes. 

28 km : Entendu à la rédac >> « Ils n'ont pas tué Kenny [Elissonde] ! », qui s'accroche derrière van Aert. On valide ? 

29 km : Nouveau craquage mais dans le peloton ce coup-ci. O’Connor a l’air dans le dur, ce que je perçois aux dodelinements de tête du coureur australien.

 

30 km : Alaph vient quand même de se manger 2'47'' dans les dents en moins de trois bornes. Le peloton va te le digérer sans même avoir eu le temps de dire miam. 

31 km : Wout van Aert a mis 35 secondes à Kenny Elissonde, qui semble attendre Mollema pour terminer l’ascension. Juju c’est déjà de l’histoire ancienne (ce qu’avait annoncé un autre Juju, le nôtre, notre Rais du service des sports qui connaît son métier visiblement).

32 km : Ce petit bilan d'étape vous est offert par l'excellent compte Twitter @LeGruppetto. 

 

32 km : Popopopo van Aert est parti là, pas sûr qu'Elissonde ne trouve la force pour revenir. Et Julian est en train de craquer aussi. 

33 km : Alors que Warren Barguil a été déposé par le peloton. La formation Arkéa-Samsic n'a désormais plus qu'une mission aujourd'hui, amener Nacer Bouhanni dans les délais à Malaucène. 

34 km : Julian qui s’accroche comme un clebs à la roue de Mollema, quel combat les enfants, on se gave ! Le Néerlandais de la Trek-Segafredo a bien essayé de laisser le champion du monde sur le bas-côté mais c’était mal connaître notre rock star à nous.

34 km : Gros taf de Wout van Aert qui a lâché Alaph et Mollema pour rejoindre Elissonde en tête. Ca y est, il n'y a plus de copains et plus de calculs alors qu'on est encore à 13 bornes du sommet. 

 

35 km : Le peloton avec Pogacar entame à son tour la deuxième ascension. 

36 km : Ah ouais en fait Elissonde a décidé de se barrer en solo, seuls Alaphilippe van Aert et Mollema essayent tant bien que mal de lui coller au train. 

 

36 km : Immense relais de Julien Bernard qui serre les dents pour tracter Bauke Mollema et imposer un gros rythme aux restes des coureurs de l’échappée. Kenny Elissonde vient enfin de le relever et il n’hésite pas lui non plus à remettre un gros coup de pédale pour accélérer le rythme de cette deuxième ascension.

38 km : Le tweet salement annonciateur pour PierreRo.

 

40 km : Les Groupama FDJ en perdition. Abandonné par Armirail, le boss a dû demander à Stefan Kung et Valentin Madouas de se relever pour aller aider Gaudu. C'est beau la solidarité, mais c'est triste pour cette FDJ qu'on aime tant. 

45 km : France TV balance la pub, je vais me chercher un café. A tout de suite. 

48 km : Le Ventoux, paradis pour photographes professionnels ou amateurs. 

 

52km : Le record de la descente est détenu par Julian avec une pointe à 99 km/h. 99 KM/H. A VELO. Les zinzins. 

53 km : Pierre Rolland confirme ce qu’on savait déjà, que les descentes c’est vraiment, mais alors vraiment pas son truc. Le Français de B & B Hotels-Vital Concept a pris une douillasse et perdu plus de 30 secondes sur le groupe de tête après le sommet du Ventoux. Il pointe désormais à 1'40'' d’Alaphilippe et consorts.

55 km : Allez vu que c'est calme, on va faire un point sur le classement au sommet du Ventoux : 

1. Julian Alaphilippe 10 pts, 2. Anthony Pérez, 3. Bauke Mollema 6 pts, 4. Xandro Meurisse 4 pts, Wout van Aert 2 pts, Kenny Elissonde 1 pt.

65 km : On a cru un moment que Gaudu allait reprendre du peps, il avait ouvert sa liquette, torse à l’air, il grappillait des secondes sur le peloton. Et puis soudain patatras, c’est le drame : +45'', +55'', +1,2'' et le voilà désormais à plus de deux minutes du peloton. Terrible…

71 km : Dans la descente autant vous dire que ça bombarde secos. On parle de 85-90 km/h, soit bien plus que ce que je faisais avec mon Rocket guidon VTT + pot Ninja sur les routes du Finistère à la belle époque. 

75 km : Ohlalala c’est toujours impressionnant de voir la capacité d’Alpah' à coucher tout le monde quand il se décide à y aller. Là c’était le cas pour passer en tête au sommet du Ventoux, dans un cadre lunaire assez magnifique.

 

77 km : Ça y est, les hommes de tête entament la portion la plus violente de l’ascension avec des parties à 10 %, courage les potos, on est ensemble. Enfin, vous voyez l’idée.

81 km : Aaaaah les premières chaleurs, ne nous en parlez pas... 

 

84 km : Alaphilippe a remis un gros coup d'accélération et scindé à nouveau le groupe de tête. Seuls van Aert, Elissonde, Meurisse, Bernard, Perez et Durbridge ont réussi à suivre. Stake Vegard Laengen, Dan Martin, Bauke Mollema, Pierre-Luc Périchon, Greg van Avermaet, Quentin Pacher et Pierre Rolland se sont fait piéger et affichent un retard de 45 secondes. Le peloton, lui, est à plus de 5 minutes. Et Gaudu est derrière avec une minute de retard sur le peloton. 

88 km : Dans la famille des gros qui moulinent, je voudrais Nairo Quintana. Le maillot à pois n’est pas présent dans le groupe de tête, ni même dans le peloton, et semble en galère alors qu’il y a de gros points à aller chercher aujourd’hui. Ça ne sera pas pour le leader de l’équipe Arkéa-Samsic qui est déjà lâché par le peloton alors que cette portion de côte n’est pas dingue.

90 km : Le peloton vient à son tour d’entamer l’ascension du géant de Provence et il semble que David Gaudu est déjà dans le dur en queue de peloton. Le Finistérien n’arrive pas à rester dans la roue de son coéquipier Bruno Armirail. Coup de chaud ? Coup de bambou ? Maladie (on me susurre à l’oreille qu’il vient de vomir) ? Difficile à dire comme ça mais le gamin de Landivisiau fait peine à voir. Les Groupama ne sont vraiment pas à la fête en ce début de Tour, eux qui ont déjà perdu trois coureurs dont Arnaud Démare.

 

95 km : Nos 16 échappés viennent d’entamer la première ascension du mont Ventoux, avec une montée relativement moins coton que celle qui les attend plus tard dans la journée. Les coureurs vont gravir ce col de première catégorie par Sault, soit 22 km à 5,1 %. Les doigts dans le nez.

100km : La journée a commencé avec une échappée emmenée par quatre coureurs, dont notre Juju Alaphilippe national. Dan Martin (Israel StartUp Nation), Anthony Perez (Cofidis) et Pierre Rolland (B & B Hotels) accompagnaient le champion du monde. Mais ça, c’était avant. Le gros groupe qui leur filait le train a en effet fini par réussir la jonction au pied de la première ascension du Ventoux.

 

14h45 : Salut les loubards, on est fin prêts pour vous faire vivre cette étape qu'on est heureux de suivre depuis le canap que sur un vélo. Quoi qu'on développe aussi nos petits watts quand on veut (faux). Allez, trève de blabla, on va voir où en sont nos warriors en tenues lycra. 

13h20Salut la famille, un petit peu de lecture en nous attendant, sur le cas Pogaçar. Comme vous, on a envie d'y croire. Comme vous, on a nos petits doutes

 

 

Après un jour de repos et un jour de bonheur, sans chutes ni cadence infernale, le peloton se prépare pour un séjour en enfer ou pas loin. Deux montées du Ventoux, après un apéro copieux (le col de Liguière, première catégorie), on souhaite bon courage aux sprinteurs...et aux rivaux de Pogaçar, qui attend les première rampes comme un gamin attend ses tagada fraise au goûter (oui je suis un mauvais père). Ecoutons le Slovène, impatient hier : « On verra comment mon corps réagit, mais je me sens prêt. Ce sera peut-être le jour le plus dur du Tour, avec cette double ascension. Je connais l’histoire de cette montée ,mais je ne l’ai grimpée qu’une fois. S’il y a des attaques tôt, tout est possible. Par exemple, si l’étape démarre à fond, ça risque d’être difficile. Je suis excité de voir comment ce sera avec le public, même si j’espère qu’il n’y aura pas trop de stress ». Mouais, on s'inquiète pas trop pour toi, Tadej

 

>> Prise d'antenne à 14h30 pour cette grooooooooooooooooosse étape de montagne