Euro 2021 : L’OMS « inquiète » de l’assouplissement des conditions sanitaires dans certains pays

PANDEMIE Contrairement à une idée reçue, on pourrait bien choper le Covid-19 dans la Puskas Arena

X. R.

— 

Euro 2021: Une compétition inédite organisée dans 11 villes, de Séville à Bakou — 20 Minutes

Ah, enfin un article qui ne parle pas du « rainbow-gate »... Mais si vous êtes un fan hongrois, on vous conseille quand même de passer votre chemin. Oui oui, Viktor Orban, ce petit communiqué de l' Organisation mondiale de la santé (OMS) est pour toi, même si l'instance se garde bien de viser un pays ou une ville en particulier. Mais le constat est sans appel pour Robb Buttler, directeur exécutif de l'OMS Europe : « Dans quelques-unes des villes hôtes, les cas de Covid-19 sont déjà en hausse dans les zones où se jouent les matchs. »

Autant dire que la Puskas Arena pleine à craquer et une Budapest où les masques sont aussi rares que la liberté d'expression sont clairement dans le viseur de l'organisation onusienne. L'Angleterre et le Danemark sont aussi surveillés de près. A Londres, le gouvernement britannique a décidé de relever la jauge de Wembley pour les demi-finales et la finale à 60.000 spectateurs, contre 40.000 prévus initialement, sous la pression de l' UEFA.

Jauge relevée également à Copenhague, où le stade peut accueillir 25.000 spectateurs depuis le 17 juin contre 16.000 avant, alors que 29 cas de coronavirus ont été détectés en lien avec les rencontres de l'Euro. Malgré une baisse globale du nombre de contaminations et de morts liées au virus, l'OMS ne cesse d'appeler à la prudence et à agir pour éviter une reprise de l'épidémie dans les villes qui accueillent l'Euro.