France - Bulgarie : Benzema poissard, Giroud renard... Chassé-croisé à la pointe des Bleus

FOOTBALL La France entière va scruter le bulletin clinique de l'équipe de France après la sortie de Benzema contre la Bulgarie

William Pereira

— 

Karim Benzema est sorti prématurément contre la Bulgarie
Karim Benzema est sorti prématurément contre la Bulgarie — Francois Mori/AP/SIPA

Au Stade de France,

Il se passe toujours quelque chose quand la Bulgarie vient jouer à Paris. Si l’on voyait mal Emil Kostadinov rechausser les crampons pour venir hanter le Stade de France, la cote d’une blessure d’un joueur majeur des Bleus était, elle, moins délirante pour peu qu’on soit de nature pessimiste. Après une saison éreintante et une préparation pré-Euro 2021 à peine moins fatigante, il est logique que la mécanique grince un peu. Le sort a décidé que ça tomberait sur Karim Benzema, dont le chemin en équipe de France est décidément avare en lignes droites.

Tout était jusqu’ici trop beau. L’annonce du retour, les yeux doux de Karim, l’adulation des coéquipiers et une victoire à l’applaudimètre à l’annonce de son nom par le speaker du Stade de France… Il fallait donc sortir Karim de son rêve. Mais plutôt que de lui pincer gentiment l’avant-bras, la vie a choisi de cogner le genou, comme ça, parce qu’autrement c’est moins marrant. « Il a pris une béquille sur le vaste interne du genou, précise Deschamps en conférence de presse, et un peu sur le muscle au-dessus du genou. Il sentait le muscle dur, il ne fallait pas prendre de risque. »

DD rassurant sur Benzema

Alors KB19​ s’est assis jambes tendues sur la pelouse pour signifier son forfait. Une bonne grosse clim', comme on dit dans le jargon. Le remplacement du revenant a quasiment réduit à néant l’effervescence ambiante et nous a accessoirement transformés en hypocondriaques notoires. Olivier Giroud était à peine parti à l’échauffement que nous écumions tous les sites de santé plus ou moins sérieux pour les mots-clés « contusion genou durée blessure ». Si l’on exclut Doctissimo qui suggère l’amputation dans les plus brefs délais, on apprend que la convalescence peut aller de quelques jours à six semaines, ce qui, vous comprenez, ne nous rassure pas plus.

On retourne donc auprès du sélectionneur pour des mots rassurants. « C’est un coup, il y a toujours pire dans la vie, ce n’est pas une cheville ou un genou (cassé), auquel cas on ne se poserait pas la question. J’ai un staff médical de haut niveau donc on ne va pas passer chaque jour en se demandant comment il va. Ça ira mieux de jour en jour, je n’ai pas de souci particulier. »

L’espoir renaît. Et pour continuer sur la route de la consolation, on peut toujours se tourner vers le doublé d’Olivier Giroud, double-buteur sorti de derrière les fagots alors que le bonhomme est arrivé sans rythme à Clairefontaine, lui qui n’est plus placardisé mais carrément enfermé à double-tour dans le grenier de Stamford Bridge. « Il en met deux de plus, en tenant compte de sa situation, physiquement et psychologiquement… Ça reste un buteur avec un mental et un moral à toute épreuve, salue DD. Le groupe en aura besoin, tant mieux pour lui et l’équipe de France. » Reconnaissons à Olive cette capacité à revenir dans le game comme personne. En une heure de jeu, il est passé de « si je gratte des minutes à l’Euro c’est déjà pas mal » à « franchement titulaire c’est pas mal non plus ».

Giroud double-buteur mais moins influent dans le jeu

Gardons-nous néanmoins de tomber dans l’instantané. Oui, Giroud a marqué deux fois, non le débat sur le 9 en équipe de France n’en est pas pour autant relancé. Si demain Benzema se rend compte au réveil que son bobo a miraculeusement disparu, il sera titulaire contre l’Allemagne. Car certes, il n’a pas marqué pour son retour, mais il a démontré son importance dans le jeu des Bleus, ce dont ne peut pas se vanter Giroud, aussi létal à la finition qu’effacé dans la construction, mardi soir.

« J’étais discret parce que les ballons n’arrivaient pas. […] on aurait peut-être pu mieux se trouver », s’est défendu le joueur de Chelsea au micro de L’Equipe, lequel aurait sans doute espéré susciter autant d’enthousiasme auprès de ses partenaires que Karim Benzema, lequel aura quand même touché beaucoup de ballons en une demi-heure de jeu et contribué à fluidifier le secteur offensif. Une qualité trop précieuse pour que l’on n’ait pas envie de supplier tous les dieux de la Terre de nous faire revenir Karim au plus vite.