Euro 2021 : Le gros casse-tête des supporters européens

FOOTBALL L’Euro 2021 ne sera pas le plus simple pour les supporters qui entendent passer les frontières pour soutenir leur équipe

William Pereira

— 

Il faut au moins ça pour aller voir des matchs de l'Euro 2021
Il faut au moins ça pour aller voir des matchs de l'Euro 2021 — Jeff Holmes JSHPIX/Shutterstock/SIPA
  • Cet Euro organisé dans 11 villes malgré la pandémie promet des conditions d’accueil très différentes.
  • Les supporters français ne sont pas les plus mal lotis, même si ça s’annonce coton de voyager à Munich et Budapest.
  • Seule la Hongrie a décidé de remplir son stade à 100 % pour la compétition.

Note pour plus tard : une idée un peu con peut vite devenir la bêtise du siècle pour peu qu’on lui greffe une pandémie à l’arrière-train. Exemple avec l’Euro 2021 et ses mille stades éparpillés aux quatre coins du continent, auxquels on a un temps cru pouvoir échapper quand planait l’hypothèse d’un tournoi dans une seule ville au plus haut de la deuxième vague de Covid-19. C’était mal connaître la puissance et la déraison du rêve européen. L’Euro pour tous aura bien lieu avec du public moyennant, il est vrai, quelques coups de pression de l’UEFA aux villes hôtes. Mais que les supporters ne crient pas victoire trop rapidement : les jauges établies dans les différents stades couplées aux conditions d’accès parfois drastiques aux pays organisateurs donnent à l’événement la forme d’un immense rubik’s cube. Asseyez-vous, on vous embarque dans un monde de jauges, de tests PCR et de paperasse.

Quels sont les stades de l’Euro 2021 ?

Onze villes accueilleront les équipes de l’Euro. Une ville = un stade. En l’occurrence, Amsterdam, Bakou, Bucarest, Budapest, Copenhague, Glasgow, Munich, Londres, Rome, Séville et Saint-Pétersbourg. Notez que Séville remplace Bilbao et que Dublin disparaît du planning au profit de Saint-Petersbourg et Londres, qui récupèrent respectivement les trois matchs du groupe E et un huitième de finale.

Où va jouer la France ?

D’abord à Munich contre l’Allemagne, puis à Budapest contre la Hongrie et le Portugal. Quatre chemins sont ensuite possibles pour les Bleus​ en fonction de leurs résultats en phases de poules.

En cas de 1re place : Bucarest > Saint-Petersbourg > Londres

En cas de 2e place : Londres > Rome > Londres

En cas de 3e place : Séville > Munich > Londres

ou Budapest > Bakou > Londres

Quelles jauges pour quels stades ?

L’organisation a poussé pour que le public soit présent dans tous les stades de l’Euro 2021, mais les jauges sont fixées par les autorités locales. D’où les disparités. Coup de bol pour nous, la Puskas Arena, où les Bleus affronteront la Hongrie et le Portugal, est le seul à 100 % de supporters.

Saint-Pétersbourg et Bakou : 50 % de la capacité du stade.

Budapest : 100 %.

Amsterdam, Bucarest, Copenhague, Glasgow, Rome et Séville : 25 %-33 %.

Londres : au moins 25 % jusqu’en 8es de finale inclus puis 50 % pour les demies et la finale.

Munich : 22 % (14.500 spectateurs).

Quelles conditions d’accès à Munich et Budapest ?

Munich (spoiler alert, c’est un immense bazar) : Les détenteurs de billets pour France-Allemagne devront franchir plusieurs étapes avant d’accéder à l’Allianz Arena. D’abord, ils devront remplir un formulaire pour se déclarer aux autorités allemandes. Ensuite, et quel que soit le mode de déplacement, un test PCR de moins de 72h ou antigénique de moins de 48 heures sera exigé. Sont exemptées de test les personnes double-vaccinées depuis plus de 14 jours ou qui ont attrapé le Covid-19 il y a moins de six mois.

Budapest : Il faut obligatoirement posséder un ticket pour un des matchs de l’Euro à Budapest pour entrer sur le territoire hongrois. Une preuve de test PCR réalisé dans les 72 heures précédant le déplacement en Hongrie rédigée en anglais ou hongrois ou un certificat de contamination au Covid-19 datant de moins de six mois doit être présenté. En Hongrie, le couvre-feu est effectif de 22 heures à 5 heures. Il n’y a ni quarantaine, ni limite de durée de séjour pour les détenteurs de billets.

Le jour du match, un test PCR négatif de moins de 72 heures précédant le jour du match (en anglais ou hongrois) sera requis et les supporters disposeront d’un créneau d’une demi-heure pour accéder à la Puskas Arena.

Le stade improbable que les Français vont peut-être visiter : Bakou

Amateurs de stades exotiques, sachez que l’Azerbaïdjan n’ouvrira ses portes qu’aux détenteurs de billets de nationalité britannique, turque et suisse ainsi qu’aux ressortissants des nations qui s’affronteront à Bakou en quarts de finale, dont la France a une infime chance de faire partie. Il faudrait pour ça que les Bleus se plantent – mais pas trop – pour terminer leur poule en qualité de meilleur 3e histoire d’avoir une chance de jouer leur 8e de finale à Budapest, seul moyen de rejoindre Bakou pour les quarts. On ne sait pas pour vous mais aussi curieux que nous sommes, on se passera bien de ce scénario alambiqué. Le portefeuille des supporters aussi : le voyage à Bakou porte très mal son nom.