Euro 2021 : Koundé et une pile d’offensifs… Les enseignements de la liste de Didier Deschamps

FOOTBALL Même à 26, Didier Deschamps a eu l’embarras du choix pour sa liste

William Pereira
— 
Fumée blanche chez DD
Fumée blanche chez DD — Franck Fife/AP/SIPA

Rarement une liste de Didier Deschamps aura autant été vampirisée par un seul homme. Que ce soit au JT de TF1-M6 ou dans les locaux de la Fédération française de football, il n’y a eu d’yeux que pour le retour de Karim Benzema. Si bien que lorsque nos confrères avaient l’audace de s’intéresser à d’autres joueurs de la liste des 26, ils en venaient presque à s’excuser.

Pour vous donner une idée de la folie, rendez-vous compte que les noms de Kylian Mbappé ou Antoine Griezmann ont à peine été entendus mardi soir. C’est tout juste si on ne piquait pas du nez pendant l’interview du Parisien diffusé par la 1 juste après l’annonce de DD. Mais contrairement aux apparences, KBNueve ne part pas affronter l’Europe du foot tout seul. Il aura avec lui 25 joueurs, et pas des moindres. A partir de maintenant le premier qui parle de Benzema a perdu.

Jules Koundé, enfin

On ne change pas une équipe qui gagne, enfin pas des masses. 15 des 23 champions du monde seront de la tournée européenne. Hormis Adil Rami et Blaise Matuidi, en exil dans des clubs trop éloignés des standards de l’équipe de France, ainsi que Benjamin Mendy, reconverti community manager de Manchester City, on compte donc cinq déçus : Florian Thauvin, Alphonse Areola, Djibril Sidibé, Nabil Fekir et Steven Nzonzi. Pensée émue pour ces cinq héros de la campagne de Russie.

Mais décrocher une étoile ne permet pas d’acheter sa place au soleil, en tout cas pas dans un pays où un nouveau crack pousse toutes les 36 secondes. La dernière hype en date ? Jules Koundé. Le défenseur du FC Séville fait son apparition en Bleu in extremis après avoir raté le dernier rassemblement de l’équipe de France. Une absence de façade, comme l’a révélé DD. « Jules aurait pu être avec nous en mars, mais j’ai laissé l’option prioritaire à Sylvain Ripoll avec les espoirs [pour la phase de poules de l’Euro U21] ». A la veille de l’Euro, les A redeviennent prioritaires, et Ripoll devra faire sans le Sévillan, apprécié du staff tricolore pour sa polyvalence. « Il sort d’une très belle saison au Séville FC, et peut jouer axial et arrière droit. » Il sera parfait dans le rôle de l’empêcheur de dormir sur ses lauriers auprès des défenseurs titulaires.

Les blessés pas logés à la même enseigne

Petite subtilité du règlement que Deschamps fait bien de rappeler. La liste des 26, livrée mardi soir, n’est en rien officielle. Il a jusqu’au 1er juin pour la faire parvenir à l'UEFA. Pratique, surtout en cas de blessures de dernière minute que l’on ne souhaite à personne mais qu’il faut toujours envisager. Surtout quand on sait la santé de certains joueurs mobilisés est plutôt fragile, comme Thomas Lemar récemment blessé à la cuisse gauche. Le Colchonero vient juste de reprendre l’entraînement et est encore incertain pour son dernier match de la saison avec l’Atlético. Corentin Tolisso revient lui d’encore plus loin. A peine remis d’une blessure au quadriceps, le Bavarois n’a eu qu’à jouer un match pour figurer dans la liste. De quoi faire enrager Tanguy Ndombele, victime directe de ce retour in extremis.

Mais tous les blessés n’ont pas connu le même heureux sort. Auteur d’une saison très solide au Real, Ferland Mendy peut maudire ce lâche tibia démissionnaire au pire des moments. Trop juste aussi, Anthony Martial vient d’en finir avec une longue convalescence successive à une blessure au genou contractée au mois de mars. Là encore, il y a de quoi enrager, surtout quand on a un parcours international aussi décousu que celui de l’ancien Monégasque. « Anthony Martial aurait été là, mais il n’est pas disponible, il a des soucis physiques comme d’autres joueurs », a admis DD. Une bien maigre consolation.

Des attaquants, beaucoup

Toto Martial aurait sûrement trouvé son compte à gambader dans le gigantesque enclos à attaquants confectionné par son entraîneur chez les Bleus, lequel n’a pas manqué de clamer haut et fort son amour pour les joueurs offensifs, quitte à forcer un peu la blague. C’est un peu facile d’aimer les attaquants quand on n’a que du caviar à disposition, mais reconnaissons à Didier de jouer le jeu offensif à fond en embarquant huit attaquants dans ses valises. « Je ne sais que trop bien que c’est là qu’on fera la différence. »

On s’inquiètera à l’inverse du maigre apport en milieux (six, et l’un d’entre eux est Sissoko), ce qui est un peu antinomique avec l’idée de produire du jeu, même si cette tâche revient probablement à Antoine Griezmann et Karim Benzema, dont on s’était interdit de parler. C’est fou, ça. A croire que tous les chemins mènent à KB9.