OGC Nice : Dans la tourmente, le coach Vieira doit (rapidement) rassurer

FOOTBALL Même s’ils sont déjà quasiment éliminés, les Aiglons vont avoir la tâche de réagir en Ligue Europa pour éviter que la situation de l’entraîneur ne se tende davantage

Fabien Binacchi

— 

L’entraîneur de l’OGC Nice reste sur une série de quatre défaites
L’entraîneur de l’OGC Nice reste sur une série de quatre défaites — M. Becker / AP / Sipa
  • Le Gym, qui n’a gagné qu’un match sur quatre dans sa poule de Ligue Europa, est proche de l’élimination.
  • Le parcours actuel du club dans la compétition européenne mais aussi en Ligue 1 met à mal Patrick Vieira.

Une série de défaites sur les quatre derniers matchs, une véritable débâcle face à Dijon… C’est dans ce cadre pesant que les Aiglons recevront, jeudi soir, le Bayer Leverkusen en Ligue Europa, une compétition dont l’OGC Nice est déjà quasiment éliminé.

Pesant pour les joueurs mais peut-être aussi surtout pour Patrick Vieira, objet de toutes les conjectures en conférence de presse et cible d’une pétition lancée par des supporteurs et signée mercredi soir environ 1.100 personnes. Ils y réclament carrément le « départ » du coach « pas assez expérimenté pour la ligue 1 » et qu’ils accusent de « détricoter le formidable travail de Puel puis du grand Favre ».

« Moi, je suis combatif »

Alors inquiété ou pas Patrick Vieira ? L’entraîneur précise qu’il n’a pas rencontré le président du club Jean-Pierre Rivère ces derniers jours mais qu’il échange « quasi-quotidiennement » avec Julien Fournier, le directeur du football. « Je me sens soutenu par la direction, par les joueurs », assure le coach.

« Les critiques, les on-dit, ce sont des choses normales, qui font partie de notre métier, quand les résultats ne sont pas là. Moi, je suis combatif », a-t-il répété à la veille du match retour contre le club allemand qui les avait sèchement battus (6-2) à l’aller.

Et si les espoirs du Gym de poursuivre leur aventure européenne sont infinitésimaux, une remobilisation serait le bon message envoyé au bon moment.

Sauf miracle donc, les Niçois devraient logiquement faire leurs adieux à la C3 dès cette 5e journée des phases de poules. L’équation est implacable : il n’y a qu’une victoire avec au moins quatre buts d’écart qui pourrait leur laisser un espoir ténu de qualification. Dur, d’autant plus que le Bayer n’a concédé qu’une seule défaite cette saison, toutes compétitions confondues.

La dégringolade en Ligue 1

Patrick Vieira a bien conscience de l’enjeu de cette rencontre et le message reste « la combativité ». « Pour être clair, on sera là pour gagner le match, pour faire un vrai match. Notre seule concentration c’est le match de [ce jeudi soir] », a-t-il martelé mercredi. Il n’est pas question de donner l’impression de baisser les bras sur le plan européen pour mieux essayer de sauver les meubles en Ligue 1.

Marqué par un mois de novembre catastrophique, la blessure de Dante et des cas de Covid-19 qui ont fragilisé l’effectif, le Gym accuse le coup. Alors que le club était au pied du podium du championnat après sa victoire à Angers, il a dégringolé jusqu’à la 11e place du classement. Tout en accusant un match en retard, qu’il devra jouer à Marseille.

C’est donc limpide. La réaction de l’OGC Nice, si elle se concrétise bien en Ligue Europa, devra également se confirmer dimanche à Reims. Patrick Vieira n’a plus trop le choix.