Coronavirus : Maracineanu promet une répartition des aides aux clubs pro en fonction « de la dépendance à la billetterie »

SPORT PRO La ministre des sports évoque une enveloppe de 110 millions d'euros à se partager entre les clubs de différents sports professionnels

20 Minutes avec AFP
La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu, le 5 octobre 2020.
La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu, le 5 octobre 2020. — Jacques Witt/SIPA

« Les derniers arbitrages sont en cours » à la Commission européenne pour que le gouvernement français soit autorisé à apporter une aide de 110 millions d'euros au sport professionnel, en grande difficulté avec le reconfinement, a indiqué samedi à Pau la ministre chargée des Sports Roxana Maracineanu.

Dans l'attente du feu vert de Bruxelles, ces 110 millions « sont actés avec Bercy pour le sport pro parce qu'on est conscient que la situation est très pénalisante pour ces structures qui doivent continuer à payer des charges de ressources humaines », a rappelé la ministre en déplacement dans les Pyrénées-Atlantiques pour la Coupe du monde de canoë-kayak.

« Il y aura une répartition faite entre les sports en tenant compte de leur dépendance à la billetterie et de leur situation financière. Tout ça sera étudié au cas par cas », a déclaré la ministre en réfutant que la somme allouée au rugby, particulièrement dépendant des revenus issus des matches à domicile, ait déjà été actée.

Fin octobre, une source proche de la Ligue nationale de rugby (LNR) avait affirmé que ses clubs étaient dans l'attente d'une enveloppe d'environ 40 millions. « Il n'y a pas du tout ces 40 millions du rugby, je ne sais pas d'où ce chiffre sort », a contesté Maracineanu. « Il y a une somme totale dont nous affinons aujourd'hui les modalités de distribution. »

Parallèlement, la ministre a confirmé « travailler avec Bercy sur l'exonération des charges patronales sur les salaires. L'événementiel sportif est dans une situation particulière puisque la masse salariale doit être payée alors qu'il y a zéro recette en face », a-t-elle souligné.

Roxana Maracineanu a également déploré de devoir « convaincre certaines fédérations ou certaines ligues de maintenir l'activité de ces sportifs. (...) Il ne faudrait pas que les acteurs eux-mêmes posent des difficultés aux sportifs. »

Tony Parker, star du basket français aujourd'hui président de l'ASVEL, a prédit samedi dans un entretien à L'Equipe « la mort du basket » sans soutien de l'Etat.