Masters 1000 de Paris-Bercy : Hugo Gaston invité dans le grand tableau, Monfils forfait

TENNIS Le jeune Français profite de sa bonne performance à Roland-Garros

B.V. avec AFP

— 

Tombeur de Stan Wawrinka puis tourmenteur de Dominic Thiem, Hugo Gaston a éclaboussé Roland-Garros de son talent singulier.
Tombeur de Stan Wawrinka puis tourmenteur de Dominic Thiem, Hugo Gaston a éclaboussé Roland-Garros de son talent singulier. — Christophe Saïdi / Sipa

Sa défaite à Roland-Garros contre Dominic Thiem vous a donné envie de voir plus d’Hugo Gaston ? La Fédération française de tennis va exaucer vos vœux en invitant le jeune français, révélation du dernier Roland-Garros, dans le tableau final du Masters 1000 de Paris-Bercy, qui débute dimanche 1er novembre. En revanche, pas de Gaël Monfils côté français, ce dernier ayant décidé de déclarer forfait et de mettre un terme à sa saison.

« Le confinement m’a éteint, il m’a fait beaucoup de mal, je suis revenu sans avoir énormément de confiance, je n’ai pas du tout réussi à bien m’adapter, à faire les bons choix pour mon retour », a expliqué l’actuel 11e joueur mondial, en se décrivant dans « une grosse spirale négative » et avec « beaucoup, beaucoup de manque de confiance ».

Pas un match gagné

« J’étais dans l’obsession de revenir, de bien jouer, de bien s’entraîner pour bien jouer, bien performer, mais je n’ai pas du tout réussi à le faire », a-t-il insisté.

Depuis son retour sur le circuit ATP mi-septembre, après plus de six mois sans compétition en raison de la pandémie de Covid-19, Monfils n'a pas gagné le moindre match en quatre tournois (Rome, Hambourg et Roland-Garros sur terre battue, Vienne en salle).

Sa solution ? « C’est couper, a-t-il répondu. Je vais couper tennistiquement. Je vais toujours faire du sport tant qu’on peut, faire mon petit basket, faire mon petit paddle, en espérant qu’il n’y ait pas un deuxième confinement, vivre ma vie normale, pas forcément me préoccuper du tennis. Et repartir à bloc à l’entraînement mi-novembre, faire ma préparation foncière, et voir si on part en Australie plus tôt ou pas (pour une quatorzaine sanitaire éventuelle), ça va dépendre des autorités australiennes. »