Barça - Real : « On n’est pas à l’abri de se dire qu’on va nous sortir », reconnaît Zidane avant le clasico

FOOTBALL Zinédine Zidane n’est pas en position de force avant le déplacement au Camp Nou

W.P. avec AFP
— 
Zizou est en crise
Zizou est en crise — MARCA/SIPA

Pour combien de temps Zinédine Zidane restera sur le banc du Real Madrid ? Après la défaite contre le Shakhtar en Ligue des champions​, l’entraîneur français serait mal inspiré de ramener un mauvais résultat du Camp Nou à l’occasion du clasico, samedi. Et il en est parfaitement conscient.

« Quand on fait un mauvais match, on n’est pas à l’abri de se faire critiquer, de se dire que l’on va nous sortir. La réalité, c’est celle-ci : quand il y a un match perdu, forcément on dit qu’on va tout changer », a exposé Zidane vendredi, à la veille du premier clasico de la saison en 7e journée du championnat.

Zidane assume mais n’abdique pas

« Ça a toujours été comme ça. L’histoire ne change pas. Nous, ça ne nous fait pas changer. Ce qui doit nous faire changer, c’est de se dire que demain (samedi) on a une opportunité pour faire un grand match, et on se prépare pour ça, pour changer les choses. Le reste, ça ne changera jamais », a insisté le technicien.

Zidane a répété vendredi qu’il doit « trouver la solution » après les deux derniers revers (le premier était contre Cadix, en Liga) : « j’ai toujours été critique envers moi-même, c’est le moteur pour s’améliorer. (…) Après une défaite, en tant qu’entraîneur, la majeure partie des critiques sont pour moi, et c’est normal. Mais je ne vis pas dans le passé (…) Demain, c’est un scénario parfait pour changer notre image. Il y a des moments difficiles, mais c’est là que se révèlent les gros caractères et les joueurs de qualité », a-t-il assuré.

Avec Ramos contre Barcelone

Pour ce clasico qui sera disputé pour la première fois de l’histoire à huis clos en raison de la pandémie, Zidane pourra compter sur son capitaine Sergio Ramos, victime d’un coup violent au genou gauche samedi dernier et absent mercredi, mais qui s’est à nouveau entraîné avec le groupe vendredi.

« Sergio est notre capitaine, notre leader. On ne va pas prendre de risques. Il s’est remis, il sera avec nous. Il faut être à 100 %, et je crois que Sergio l’est », a conclu l’entraîneur