Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : La création de logements neufs dans le rouge

IMMOBILIER Minée entre autres par la crise sanitaire du Covid-19, la production d’appartements est en déficit

Fabien Binacchi
Des ouvriers sur un chantier (Illustration)
Des ouvriers sur un chantier (Illustration) — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • La production de logements neuf a lourdement chuté dans les Alpes-Maritimes.
  • Cette situation, notamment causée par la pandémie de coronavirus, booste le marché de l’ancien.

L’arrêt des chantiers dû à la pandémie du Covid-19 a mis en tension le marché l’immobilier neuf dans le département. C’est l’alerte qu’ont dernièrement lancée les professionnels du secteur dans les Alpes-Maritimes.

« D’autant plus qu’il y avait déjà une crise structurelle de l’offre », appuyait il y a quelques jours Jean-Marie Ebel, le président de l’observatoire Immobilier d’habitat de la Chambre de commerce et d’industrie Nice Côte d’Azur.

Le stock d’appartements disponibles accuse une baisse importante

A cause, notamment de la crise sanitaire, une « baisse notable de -37 % du volume des mises en vente a été enregistrée au premier semestre par rapport aux six premiers mois de l’année 2020 », explique le responsable, précisant qu’il s’agit du « niveau le plus bas enregistré depuis dix ans ». Le stock d’appartements disponibles et le nombre de ventes ont parallèlement baissé de -19 % et -15 %.

Les professionnels du BTP, qui devraient être très mobilisés dans les vallées sinistrées, voient également d’autres explications à cette situation. Et notamment « l’allongement des délais d’obtention des permis de construire ou de la multiplication des recours contentieux ».

Le marché de l’ancien en profite

Avec cette tension du neuf, les transactions de logements anciens sont poussées. « On est quasiment seul sur le marché en ce moment alors la dynamique est là, explique Cyril Messika, le président de la Fédération nationale des agents immobiliers dans les Alpes-Maritimes. Dynamique avant le confinement, le marché l’est de nouveau depuis le déconfinement. »


Les prix ont d’ailleurs augmenté de 5 % sur les six premiers mois de l’année. Le prix moyen du mètre carré dans le département s’établissait au premier semestre à 4.214 €.